Le robot utilise une sonde de conductivité pour évaluer la teneur en sel du plat. © Université de Cambridge
Tech

Les futurs robots cuisiniers goûteront vos plats !

ActualitéClassé sous :robotique , Plat , goût

Des chercheurs britanniques ont amélioré leur robot cuisinier en lui ajoutant une sonde pour évaluer la teneur en sel du plat. En goûtant en deux temps, le robot est beaucoup plus précis que d'autres systèmes et pourrait à l'avenir adapter ses plats au goût de chacun.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Découvrez les curieux ingrédients de la cuisine de 2050  Que mangerons-nous en 2050 ? À coup sûr de nouveaux ingrédients, qui sont déjà à l'étude aujourd'hui. Nous devrons donc nous adapter à de nouvelles textures et à d'autres saveurs. Attendez-vous à des surprises. À voir ce soir sur Planète+ à 20 h 55 dans un épisode étonnant de la série Rêver le futur. 

Les robots cuiseurs actuels sont des appareils très simples, qui se contentent de cuisiner des ingrédients déjà préparés. À l'avenir, les robots seront capables de créer un plat en préparant et dosant eux-mêmes les ingrédients. En plus d'un certain nombre de manipulations physiques complexes, les robots devront apprendre une tâche essentielle en cuisine : goûter le plat.

Dans un article publié dans la revue Frontiers in Robotics & AI, des chercheurs de l'université de Cambridge travaillent sur ce point. Ils avaient déjà créé un robot capable de cuisiner des omelettes. Ils lui ont ajouté la capacité d'évaluer la teneur en sel d'un plat à l'aide d'une sonde de conductivité. Le robot a évalué un plat d'œufs brouillés avec des tomates. La première étape a été de tester le plat en plaçant la sonde à différents endroits afin de « goûter » tous les différents éléments. Ceci diffère des systèmes existants qui testent des échantillons homogénéisés.

Regardez ce robot tester la salinité d’un plat d’œufs brouillés et tomates à différents stades de « mastication ». © Université de Cambridge

Un robot qui « mâche » les aliments

Toutefois, lorsque nous mâchons des aliments, la sensation de salinité varie. Les chercheurs ont donc passé le plat au mixeur pour simuler la mastication, puis le robot a de nouveau utilisé la sonde. Ils ont comparé différents plats avec différentes teneurs en sel, et à trois stades de mastication.

Ce robot a eu les meilleurs résultats en testant deux stades du plat : avant et après être passé au blender. Son score de classification F1 est passé de 0,55 pour un échantillon homogénéisé à 0,93 en testant en deux étapes. Leur prototype n'est pour l'instant qu'au stade de démonstration de faisabilité. Les chercheurs espèrent à l'avenir mettre au point un robot cuisinier capable d'adapter le plat au palais de chacun.


Soutenez votre média scientifique indépendant : découvrez nos formules d'abonnements !

4 bonnes raisons de s’abonner à Futura sur Patreon :

  1. Un site sans aucune publicité à partir de 3,29 euros par mois.
  2. C’est sans engagement.
  3. Des accès à des contenus prioritaires, en avant-première, rien que pour vous.
  4. Vous soutenez notre activité de la meilleure manière possible. Une réelle motivation pour nous !
Découvrez l'univers Futura sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !