Tu détestes le gaspillage et tu as une forte appétence pour le développement durable et la transition énergétique ? Découvre le métier d’économe de flux, et fais de tes convictions une réalité dans le quotidien des entreprises et des collectivités.

L’économe de flux est un spécialiste des économies d’énergie. Son but, faire prendre conscience aux entreprises ou aux collectivités de l’importance d’une bonne gestion des dépenses énergétiques. Pour cela, l’économe de flux va tout d’abord réaliser un diagnostic complet de la consommation d’énergie avant son intervention. Il va ainsi éplucher les factures de chauffage, d’eau, d’électricité, de climatisation, regarder les diagnostics de performance énergétique des bâtiments, s’assurer de la bonne maintenance des matériels en place, calculer la consommation d’énergie actuelle de l'entreprise et surtout définir ses besoins réels. 

Pour en savoir plus sur le métier d'économe de flux, découvrez l'interview de Mathieu Loones dans La Boîte à Métiers © Planète Énergies 

À l’issue de son état des lieux, l’économe de flux propose différents axes d’amélioration pour optimiser les dépenses énergétiques, diminuer les postes de surconsommation et réduire les factures. Sa mission est de vraiment faire la chasse au gaspillage et de convaincre ses clients de l’importance d’adopter une démarche éco-responsable au sein de leur entreprise en les sensibilisant et en leur apportant des solutions concrètes.

Chargé de sensibiliser et d’informer tout type de public, l’économe de flux peut également intervenir en milieu scolaire au cours de conférences ou d’animations, afin de promouvoir la sobriété énergétique, le développement durable, l'éco-gestion des ressources naturelles ou encore les énergies renouvelables.

Les principales compétences et qualités à avoir

Le métier d’économe de flux demande de multiples compétences et qualités :

  • maîtriser les domaines énergétiques, thermiques et environnementaux ;
  • avoir de bonnes connaissances en réglementation sur l’eau et l’énergie ;
  • aimer travailler avec les chiffres ;
  • maîtriser la gestion comptable ;
  • être soi-même sensible aux questions de développement durable et d’énergies renouvelables ;
  • avoir un bon sens du relationnel ;
  • savoir être pédagogue et convaincant ;
  • aimer sensibiliser et informer ;
  • avoir un grand sens de l’écoute ;
  • mener une veille sur l’évolution des réglementations et des technologies.
Une fois l'état des lieux fait et le diagnostic posé, l'économe des flux propose diverses solutions pour améliorer la consommation énergétique, notamment en utilisant les énergies renouvelables. © alphaspirit, Adobe Stock
Une fois l'état des lieux fait et le diagnostic posé, l'économe des flux propose diverses solutions pour améliorer la consommation énergétique, notamment en utilisant les énergies renouvelables. © alphaspirit, Adobe Stock

Les conditions de travail

L’économe de flux travaille aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public. À la fois sur le terrain et dans son bureau, il cherche à sensibiliser au développement durable et mène des politiques d’économies d’énergie. Qu’il s’agisse d’améliorer des constructions déjà existantes, de promouvoir les écomatériaux dans les constructions neuves, ou encore de faire la chasse au gaspillage en matière de consommation d’eau ou d’électricité, l'économe de flux collabore avec de nombreux personnels, de différents secteurs d’activité. Malgré des déplacements sur le terrain, ses horaires de travail sont fixes et classiques.

Comment devenir économe de flux ?

Différentes formations permettent d’accéder au métier d’économe de flux :

  • BTS Fluides, énergies, domotique option génie climatique et fluidique ou option Froid et conditionnement d’air ;
  • DUT Génie thermique et énergie ;
  • Licence professionnelle Métiers de l'énergétique, de l'environnement et du génie climatique, parcours Expertise énergétique ;
  • Licence professionnelle Maîtrise de l'énergie, électricité, développement durable ;
  • Licence professionnelle Écogestion des énergies renouvelables, énergie électrique et environnement ;
  • Master Énergétique, Thermique, parcours Stratégies et conduite en énergétique et énergies renouvelables ;
  • Master Énergétique, Thermique, parcours Dynamique des fluides, énergétique et transferts ; 
  • Master Économie de l’environnement, de l’énergie et des transports ;
  • École d’ingénieur.

Le salaire d’un économe de flux

Un économe de flux débutant de niveau bac + 3 touche une rémunération comprise entre 1 400 et 1 600 euros brut mensuel. Un ingénieur se situe quant à lui autour des 2 000 euros brut mensuel. Après plusieurs années d’expérience, et selon son secteur d’activité et son niveau d’études, un économe de flux peut prétendre à un salaire compris entre 3 000 et 3 500 euros brut par mois.

Les perspectives d’évolution d’un économe de flux

Le métier d’économe de flux est assez récent et n’en est qu’à ses balbutiements. La demande ne cesse de croître, aussi bien dans le privé que dans le public. Les préoccupations environnementales et la transition énergétique vont créer de nouveaux besoins et donc de nouveaux métiers. Avec de l’expérience, les économes de flux peuvent évoluer vers un poste de chef de projet environnemental, de conseiller environnemental, de responsable de service développement durable ou encore devenir responsable d’équipe spécialisée dans la réduction des coûts.

Entreprises qui emploient des économes de flux

  • Collectivités territoriales
  • Entreprise du secteur énergétique
  • Office HLM
  • Industrie
  • Exploitations agricoles
  • Secteur des transports

Article rédigé en partenariat avec Planète Energies, une initiative de la Fondation TotalEnergies.
Planète Energies, c'est le site de référence sur toutes les énergies à destination des élèves du primaire, du secondaire et de leurs enseignants.
Pour plus d'information :
 www.planete-energies.com