Vue d'artiste du rover Mars 2020. Afin de réduire les coûts et les risques technologiques, ce rover est construit autour de la même plateforme que Curiosity. Ce qui explique leur très forte ressemblance. © Nasa, JPL-Caltech

Sciences

Mars 2020

DéfinitionClassé sous :Mars 2020 Rover , Exploration robotique , exploration robotique de Mars

Mars 2020 est un rover martien de la Nasa qui s'inscrit dans la continuité de Curiosity et donne le coup d'envoi de la mission de retour d’échantillons martiens. Il sera lancé en 2020, à l'intérieur d'une fenêtre de lancement qui s'ouvre le 17 juillet et se ferme le 5 août. Il a pour principaux objectifs la recherche directe de signes d'une vie microbienne passée, de collecter des échantillons qui seront récupérés par une autre mission, et de préparer l'arrivée d'une première mission habitée sur la Planète rouge. Son atterrissage sur Mars est prévu en février 2021.

Il atterrira dans le cratère Jezero, un site que l'on suppose abriter de nombreux fossiles de micro-organismes, s'ils ont existé bien évidemment. À la fin de sa mission initiale, il rejoindra Midway, un site qui possède également un environnement d'intérêt pour l'exobiologie et offrant une grande diversité géologique.

Le choix des instruments tient compte des avancées de Curiosity

À la grande différence de Curiosity dont la mission consiste d'abord à démontrer l'habitabilité de son site d'atterrissage, Mars 2020 a pour ambition de trouver des indices forts de forme de vie passée. Pour cela, il embarquera sept instruments scientifiques sélectionnés sur les 58 propositions qu'a reçues la Nasa dont SuperCam, fourni par le Cnes. Cet instrument analysera à distance la chimie des roches afin de mettre en évidence les éventuelles biosignatures et les traces d'une vie passée à la surface de Mars.

Le cratère Jezero, site d'atterrissage du rover Mars 2020. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS/JHU-AP

Mars 2020 contribuera également à faire progresser nos connaissances sur les possibilités pour les futurs explorateurs humains d'utiliser les ressources naturelles disponibles à la surface de la Planète rouge. Il embarquera pour cela une petite unité d'utilisation des ressources in situ qui tentera de produire de l'oxygène à partir du dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère martienne.

Il embarquera un système de caméra avec des fonctions inédites sur Mars, comme la possibilité de zoomer à l'intérieur d'une partie de l'image. À son bord sont prévus un spectromètre de fluorescence X avec un imageur à haute résolution et, pour la première fois, un spectromètre ultraviolet Raman. Enfin, un radar à pénétration de sol, capable d'une résolution centimétrique de la structure géologique du sous-sol, sera aussi du voyage.

Quant aux échantillons martiens, il est prévu que le rover en collecte entre 10 et 20 de plusieurs dizaines de grammes chacun, d'au moins 5 cm x 1 cm. Si tout se passe comme prévu, ils seront récupérés d'ici la fin de la décennie et envoyés sur Terre en 2030.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi