Sciences

Triple transplantation du cerveau sur un satellite Canado-Américain

ActualitéClassé sous :Univers , fuse , satellite

-

Le télescope d'exploration spectroscopique dans l'ultraviolet lointain (FUSE) a reçu un second souffle de vie grâce à l'installation fructueuse d'un nouveau logiciel dans trois des ordinateurs de bord qui commandent le pointage de précision du télescope.

Etoile à neutrons 1E1207.4-5209

" Jusqu'à maintenant, FUSE a été utilisé comme outil de recherche par plus de 50 astronomes canadiens", a déclaré M. John Hutchings, chercheur principal à l'Institut d'astrophysique Herzberg du CNRC et scientifique canadien du projet FUSE. " Je suis ravi que nous ayons pu contribuer à prolonger la durée de vie de ce télescope spatial unique en son genre. Les résultats scientifiques qui découlent de toutes les observations de FUSE seront à l'ordre du jour dans le cadre d'un symposium international qui aura lieu à l'Université de Victoria en août 2004 ", d'ajouter le scientifique.

Au cours des deux dernières années, des ingénieurs et des scientifiques à l'Université Johns Hopkins, à Baltimore, au Maryland, à l'Orbital Sciences Corporation à Dulles, en Virginie, au NASA Goddard Space Flight Center à Greenbelt, au Maryland et à l'Agence spatiale canadienne à Saint-Hubert, au Québec, ont travaillé de concert pour changer le logiciel de bord servant aux observations scientifiques. Les trois ordinateurs de l'engin spatial -le système de commande d'attitude, le système de données de l'instrument et le processeur de la caméra guide de l'appareil de pointage fin (FES pour Fine Error Sensor) fourni par l'Agence spatiale canadienne - ont tous été dotés d'un nouveau logiciel directement dans l'espace par le biais de liaisons ascendantes créées à la mi-avril 2003.

" Nous avons téléchargé le nouveau logiciel de vol et pouvons désormais exploiter FUSE avec ou sans gyroscopes, advenant que les six gyroscopes tombent en panne ", a déclaré M. George Sonneborn, scientifique du projet de la NASA Goddard Space Flight Center à Greenbelt, au Maryland. " Il s'agit d'un important développement conceptuel et technique qui constitue un nouvel outil pour les concepteurs de satellites et qui augure bien pour la poursuite des opérations de FUSE ", d'ajouter Sonneborn.

Le nouveau logiciel FES a été élaboré par ComDev de Cambridge, en Ontario, qui a construit les caméras de guidage pour FUSE avec la coopération de spécialistes de l'Université de Toronto. L'essai du nouveau logiciel de vol a été effectué avec le " modèle technologique " de la caméra à l'Institut d'astrophysique Herzberg du CNRC à Victoria, en Colombie-Britannique. Le logiciel a été expédié à l'Université Johns Hopkins où il a été couplé aux ordinateurs de l'engin spatial pendant que les observations scientifiques normales se poursuivaient à l'aide de gyroscopes.

L'instrument FUSE peut maintenant fonctionner sans le concours des gyroscopes et sans dégradation de la qualité des données scientifiques. Il n'y aura qu'une légère perte de l'efficacité du calendrier des observations. Les gyroscopes à bord de FUSE ne commandent pas les mouvements du satellite mais ils fournissent de l'information sur la façon dont l'engin spatial se déplace ou dérive avec le temps. Un des gyroscopes est tombé en panne en mai 2001 et les cinq autres montrent tous des signes de vieillissement.

" Nous avons eu la chance que les gyroscopes en état de marche continuent de fonctionner pendant que nous mettions au point et testions le nouveau système au sol ", a souligné M. Jeff Kruk de l'Université Johns Hopkins, lescientifique des systèmes FUSE et l'un des principaux concepteurs de cet ingénieux nouveau système. Maintenant que le nouveau système est bien installé, nous pouvons tous respirer plus librement ".

FUSE a également survécu à la perte de deux de ces quatre roues à réaction vers la fin de 2001. Les roues à réaction ou volants d'inertie sont des dispositifs qui normalement permettent au satellite de conserver une position stable et/ou de se déplacer d'une direction de pointage à une autre. Faisant appel à leur matière grise, les ingénieurs et les scientifiques ont modifié le logiciel de commande pour pouvoir utiliser des dispositifs appelés barres à couplage magnétique pour assurer la stabilité à la place des roues à réaction manquantes. Ces dispositifs interagissent avec le champ magnétique de la Terre pour assurer le déplacement du télescope d'une cible à une autre.

Dans une perspective d'avenir, la NASA vient tout juste de lancer un appel d'offres avec concours pour de nouvelles observations avec le satellite par des astronomes de partout au monde pendant la cinquième année d'opération de l'instrument. Les astronomes canadiens ont la garantie d'un minimum de 280 orbites de temps d'observation par année avec FUSE.

Note : Lancé en juin 1999, FUSE est un télescope spatial qui observe une grande variété d'objets astronomiques par le biais de la spectroscopie haute résolution dans l'ultraviolet lointain. En observant la lumière à des longueurs d'onde plus courtes que celles du télescope spatial Hubble, FUSE offre une capacité complémentaire.

Cela vous intéressera aussi