Sciences

Le point sur la future remplacante de la navette spatiale

ActualitéClassé sous :Univers , OSP , successeur

Northrop s'allie avec Lockheed pour l'OSP

Le X-37 de la Nasa, aujourd'hui abandonné, fut le premier projet de Military Space Plane. crédit : NASA

Le nombre de compétiteurs pour le contrat OSP (Orbital Space Plane) va probablement diminuer. En effet, Northrop Grumman est entré en discussion avec Lockheed Martin pour concourir ensemble sur cet appel d'offre.

La compétition se déroulerait alors seulement entre Boeing et l'équipe Northrop-Lockheed. La situation du partenaire actuel de Northrop, Orbital Sciences Corp, n'est pas claire.

La NASA devrait ouvrir l'appel d'offre en novembre et attribuer le contrat à la mi-2004. L'OSP sera vraisemblablement une capsule de type Apollo, l'option ailée du même type que le véhicule européen Hermes (une navette spatiale à l'européenne, projet abandonnée aujourd'hui, NDLR) étant trop chère et techniquement beaucoup plus difficile à réaliser. Les astronautes de la NASA sont favorables à cette option car ils estiment que l'OSP sera plus sûr.

Après Internet le GPS, la Darpa développe un lanceur réutilisable

La DARPA (Defense Advanced Research Project Agency) propose son prototype RASCAL (Responsive Access Small Cargo Affordable Launch) en réponse au besoin de l'US Air Force de se doter d'un lanceur à mise en œuvre rapide et peu chère.

Le RASCAL est composé de deux éléments : un avion spatial réutilisable (MPV - Mass injection precompressor cooling Powered Vehicle) et un lanceur consommable à deux étages. Le RASCAL pourra mettre jusqu'à 130 kg en orbite basse.

L'avion réutilisable mesurera 27 m de long et aura une envergure de 25 m. Sa surface alaire sera de 250 m2, sa masse au décollage de 36 tonnes et il pourra transporter une charge utile de 7 tonnes.

Les coûts récurrents pour un lancement sont estimés à 750 000 dollars. Scaled Composites est en charge de l'avion. Allied Technology développe le propulseur MIPCC. Space Launch Corp, maître d'œuvre, construit la fusée en partenariat avec Alliant Techsystems.

Le MPV se positionnera à Mach 3,1 et 19 km d'altitude où il effectuera une manœuvre dénommée « Zoom Maneuver » qui le propulsera jusqu'à Mach 1,2 et 61km d'altitude. Le profil de vol exact est encore inconnu. La fusée consommable sera alors larguée et l'avion rentrera sur Terre en planant. Pour effectuer le « Zoom maneuver », le MPV utilisera une technique vieille de 50 ans appelée MIPCC (Mass injection precompressor cooling). L'air arrivant dans les moteurs sera enrichi en eau et oxygène liquide pour diminuer sa température de plusieurs centaines de degrés.

Les moteurs aérobies classiques verront leur point de fonctionnement modifié. Ils disposeront ainsi de meilleures performances à Mach 3 et 30 km d'altitude que celles obtenues au niveau de la mer. Cette technique avait été employée pour les moteurs J57 et J75 américains et par les soviétiques sur certains Mig-25. La fusée consommable utilisera des propergols solides ou une propulsion hybride. Le gouvernement va dépenser 80 millions de dollars en trois ans pour ce projet. Utilisé en tant que vecteur pour l'armée, le RASCAL pourrait aussi délivrer une charge de 900 kg à 4600 km.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi