L’astronaute Eric Boe teste la nouvelle combinaison spatiale de Boeing à l’intérieur d’une maquette du cockpit de la future capsule Starliner. © Boeing

Sciences

Les combinaisons spatiales de la future navette de Boeing

ActualitéClassé sous :Astronautique , accès à l'espace , cargo spatial

Voici les habits que porteront les passagers du futur service de taxi de l'espace de Boeing, Starliner. Répondant aux exigences de la Nasa, la combinaison bleue présente de nombreux avantages aux yeux des astronautes, comme plus de légèreté et de souplesse.

Mercredi 25 janvier, le célèbre avionneur Boeing a présenté les modèles de la combinaison que revêtiront les passagers de son futur taxi de l'espace, le CST-100 Starliner, actuellement en chantier. Sous contrat avec la Nasa, en parallèle du Dragon de SpaceX, la capsule devra assurer les vols réguliers aller et retour de la Terre à la Station spatiale internationale (ISS) avant la fin de la décennie. Les premiers essais sont prévus en 2018.

Jusqu'à sept astronautes pourront y prendre place. Rappelons que depuis 2011 et la mise à la retraite des navettes spatiales, la rotation des équipages se fait exclusivement à bord des vaisseaux Soyouz, plus exigus et où le prix de la place est d'environ 70 millions de dollars.

L’astronaute Christopher Ferguson porte la nouvelle combinaison de Boeing. © Boeing

Une combinaison beaucoup plus souple et légère

Les combinaisons de Boeing ne sont pas développées pour des sorties extravéhiculaires dans l'espace (comme celle qu'a récemment réalisée le Français Thomas Pesquet) — la tenue de son concurrent SpaceX non plus d'ailleurs. Elles sont utiles avant tout pour protéger les astronautes en cas d'urgence lors de leurs transferts à bord du taxi spatial« C'est un peu comme avoir un extincteur dans un cockpit », explique Richard Watson, de la Nasa.

En ce qui concerne les modèles présentés par Boeing, l'Agence spatiale américaine a exprimé sa satisfaction dans un communiqué : « La combinaison tire profit des conceptions historiques, répond aux exigences de sécurité, de fonctionnalités et introduit des innovations de pointe ».

Pour cette nouvelle collection de « costumes de l'espace » (spacesuit, en anglais), la nouvelle tendance est au bleu. Surtout, l'accent a été mis sur plus de légèreté, de finesse et de souplesse. Boeing a en effet développé des combinaisons qui sont presque moitié moins lourdes (40 %) que celles actuellement portées à bord des Soyouz. Plusieurs éléments ont été supprimés ou optimisés pour passer de 13,6 kg à 9 kg, notamment les anneaux rigides autour du cou.

Présentation de la combinaison de Boeing pour les futurs passagers de la capsule Starliner. © Nasa, Boeing

L'ensemble est « beaucoup plus léger, plus seyant et plus simple, ce qui est toujours une bonne chose, se réjouit l'astronaute de la Nasa Eric Boe, qui participe aux entraînements de Starliner et Dragon. Des systèmes complexes ont plus de risques de se briser donc mieux vaut la simplicité ».

Parmi les principales innovations, citons notamment :

  • le gain en légèreté et en souplesse donc ;
  • un casque intégré et souple avec une visière offrant une vision plus large ;
  • des gants plus fins capables d'interagir sans difficulté avec les écrans tactiles ;
  • une aération passive ;
  • des bottes plus respirantes.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Thomas Pesquet : revivez sa première sortie dans l'espace  Cette vidéo nous invite à revivre quelques moments de la première sortie dans l’espace de Thomas Pesquet. La caméra, installée sur sa combinaison, au niveau de sa poitrine, nous donne presque le sentiment d’être à sa place, en impesanteur, reliés à la Station spatiale internationale (ISS). Ce jour-là, le Français devait remplacer des batteries.