Sciences

Les ouragans de Jupiter révélés en infrarouge par New Horizons

ActualitéClassé sous :Univers , New Horizons , Jupiter

La petite sonde américaine New Horizons, en route vers la lointaine Pluton qu'elle n'atteindra que le 14 juillet 2015, ne cesse de transmettre des informations à la fois inédites et spectaculaires sur les mondes qu'elle croise durant son parcours.

A gauche: IR (1,60 microns), vert (1,89 microns) et bleu (2,04 microns). A droite: IR (1,28 micron), vert (1,30 micron) et bleu (1,36 micron).

Ce sont à nouveau des images de Jupiter que la NASA vient de révéler. Celles-ci ont été prises le 27 février dernier par l'instrument LEISA (Linear Etalon Imaging Spectral Array), un imageur à haute résolution capable d'effectuer des prises de vues dans 250 longueurs d'onde différentes en infrarouge, de 1,25 à 2,50 microns. Dans les documents présentés ici, ces données ont été combinées avec des images monochromatiques en lumière visible afin de fournir des représentations en fausses couleurs et hautes en contraste particulièrement révélatrices.

L'image de gauche est une combinaison de vues réalisées en IR (1,60 micron), vert (1,89 micron) et bleu (2,04 microns). L'utilisation d'une bande spectrale IR est ici judicieuse. En effet, cette fréquence est très fortement absorbée par l'atmosphère épaisse de Jupiter de sorte que seuls les détails d'altitude apparaissent. Il en résulte donc une vue d'ensemble de la "surface" de la géante gazeuse où le relief de sa haute atmosphère est mis en valeur, révélant d'une façon inédite les mouvements aériens et les ouragans permanents qui la déforment sans arrêt.

La zone ovale très marquée n'est autre que la Grande Tache Rouge, phénomène permanent et très connu des astronomes amateurs ou professionnels. La résolution est de 175 kilomètres par pixel.

L'image de droite a été réalisée en longueurs d'ondes IR (1,28 micron), vert (1,30 micron) et bleu (1,36 micron). Ces valeurs permettent de sonder trois altitudes différentes à travers l'atmosphère de la planète et de mieux représenter la distribution des masses gazeuses au travail.

Ces deux images en fausses couleurs ne montrent qu'une petite partie des informations rendues disponibles au cours d'un seul balayage de l'instrument LEISA, et sont aussi destinées à mettre en valeur les nombreuses possibilités de l'utilisation de spectres infrarouge multiples dans le domaine de l'étude atmosphérique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi