Lancée le 19 janvier 2006, la sonde américaine New Horizons vient d'acquérir la première image de son lointain objectif: la planète naine Pluton, encore distante de 4,2 milliards de kilomètres, qu'elle atteindra seulement le 14 juillet 2015.
Cela vous intéressera aussi

L'image transmise à la TerreTerre est évidemment dépourvue d'intérêt scientifique, aucun détail n'apparaissant. Mais elle démontre l'excellente qualité du système de prise de vue à angle étroit, surtout lorsqu'on réalise les difficultés à apercevoir cet astreastre minuscule dans le champ d'un instrument terrestre. "Discerner PlutonPluton en avant-plan de ce champ d'étoilesétoiles particulièrement fourni était comme chercher une aiguille dans une meule de foin", déclare Alain Stern, ingénieur principal du programme New HorizonsNew Horizons au Southwest Research Institute à Boulder, Colorado.

La flèche indique Pluton, vue par l'instrument LORRI à bord de New Horizons le 21 septembre dernier. Crédit : NASA/JHUAPL/SwRI.

La flèche indique Pluton, vue par l'instrument LORRI à bord de New Horizons le 21 septembre dernier. Crédit : NASA/JHUAPL/SwRI.

Afin de détecter Pluton, les astronomesastronomes ont utilisé les mêmes méthodes que Clyde Tombaugh, son découvreur en 1930. Celui-ci avait opéré en comparant différentes vues de la même région du ciel, afin de repérer un objet dont la position variait par rapport aux étoiles. Mais alors que celui-ci travaillait au moyen de plaques photographiques de verre, les techniciens modernes utilisent des images numériquesnumériques obtenues par l'instrument LORRI (Long Range Reconnaissance Imager) de New Horizons. Et la petite planètepetite planète était bien là, aisément identifiable parmi le fond d'étoiles en arrière-plan devant lesquelles elle semble se déplacer.

"Nous ne nous attendons pas à obtenir des résultats scientifiques significatifs au cours de ces premières observations", déclare Stern, "mais durant les années que dureront l'approche, nous emploierons LORRI pour étudier la variation de l'éclat de Pluton par rapport à un angle de vision unique avec le soleilsoleil pour construire une 'courbe de phase' que nous ne pourrions jamais obtenir depuis la Terre ou même l'orbiteorbite terrestre." Le chercheur précise encore que cette étude devrait apporter de nouveaux détails de la surface glacée de Pluton avant son survolsurvol par la sonde en 2015.

L'instrument LORRI. Crédit NASA.

L'instrument LORRI. Crédit NASA.

Mais déjà, les membres de l'équipe se réjouissent de constater que la caméra de leur sonde se porteporte à merveille, et attendent avec impatience le survol de JupiterJupiter le 28 février prochain, au cours duquel New Horizons gagnera en vitessevitesse par réaction de gravitationgravitation, passant de 21 kilomètres par seconde ou 75600 km/h (vitesse actuelle) à 25 km/sec (98120 km/h).

New Horizons a été construite pour le compte de la NASANASA par le laboratoire de physiquephysique appliquée John Hopkins, qui a également en charge le contrôle du vol durant les neuf années du trajet jusqu'à la lointaine Pluton.

Depuis son lancement, New Horizons a transmis des photos de l'astéroïdeastéroïde JF56, croisé le 13 juin 2006. Les images de Pluton ont été prises entre le 21 et le 24 septembre dernier, enregistrées à bord puis transmises vers la Terre. "Les membres de l'équipe qui ont mis au point et calibré LORRI ne sont pas surpris de ce dont l'instrument est capable, mais sont rassurés qu'il ait non seulement survécu aux contraintes du lancement mais aussi passé plusieurs mois dans l'espace sans la moindre perte de capacités", déclare le directeur du projet LORRI Andy Cheng, du laboratoire de physique appliquée.

La sonde New Horizons. Crédit NASA.

La sonde New Horizons. Crédit NASA.