Sojourner, de la mission Pathfinder, est le premier rover à avoir foulé le sol martien, en 1997. © Nasa

Sciences

En images : Mars Pathfinder immortalisée par MRO

ActualitéClassé sous :Univers , mars , planète rouge

-

En orbite martienne depuis le 10 mars 2006, la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter a réussi à photographier le petit robot Sojourner de la mission Pathfinder ainsi que son module d'atterrissage.

C'est avec beaucoup d'émotion que les techniciens de la Nasa, mais aussi tous les passionnés et scientifiques du monde entier, assistaient le 4 juillet 1997 à l'arrivée de Pathfinder sur le sol de la Planète rouge. Car pour la première fois dans l'Histoire, un engin spatial allait non seulement transmettre des images in situ des vastes plaines martiennes, mais aussi pouvoir déambuler parmi les rochers de sa zone d'atterrissage, procédant à analyses et examens.

Mais c'est avec autant d'émotion que le 11 janvier dernier, de nouvelles images ont été accueillies au centre de contrôle de la Nasa, cette fois en provenance de la caméra HIRISE de Mars Reconnaissance Orbiter. Car celles-ci montraient le petit robot, maintenant immobilisé à jamais, à proximité de son étage d'atterrissage et de quelques autres éléments, révélant aussi de nouveaux détails sur la topographie et la géologie de la région.

Le document montre que Sojourner s'est rapproché du module d'atterrissage après la réception des dernières données par la Terre. En effet, contrairement aux robots Spirit et Opportunity actuellement en opération, le petit engin était incapable de transmettre ses informations directement à la Terre et devait communiquer par l'intermédiaire de ce module, qui servait de relais. Lorsque le contact a été interrompu 12 semaines après son atterrissage, les techniciens avaient transmis l'ordre au robot de se rapprocher de son relais afin d'effectuer une ultime tentative de communication. Ce fut un échec, mais l'on sait maintenant que l'instruction avait bien été reçue et exécutée.

Les rampes d'accès à la plate-forme d'atterrissage, l'instrumentation scientifique et les airbags peuvent être discernés sur l'image. Le parachute et le bouclier de rentrée atmosphérique reposent au sud, dissimulés à la vue de Pathfinder par une petite colline. Quatre objets brillants également discernables pourraient être des débris de bouclier.

Rob Manning, ingénier en chef du programme d'exploration martienne pour le JPL (Jet Propulsion Laboratory), à Pasadena, déclare: "La nouvelle image fournit des informations au sujet de l'atterrissage et devrait aider à reconstituer l'historique de la descente jusqu'au contact avec le sol et nous renseigner sur les rebonds dus aux airbags."

Le Dr. Alfred McEwen de l'université d'Arizona, responsable du traitement des images à haute résolution, affirme que la zone d'atterrissage de Pathfinder est l'un des endroits les plus étudiés sur Mars. Il estime que la mise en corrélation des données obtenues sur le terrain par la mission Pathfinder et cette nouvelle image permettra de mieux interpréter à l'avenir les photographies d'étendues martiennes obtenues ailleurs.

Mars Pathfinder

La mission Mars Pathfinder a été lancée le 4 décembre 1996 depuis Cap Canaveral par une fusée Delta 2, juste un mois après Mars Global Surveyor. Le 4 juillet suivant, le lander se posait au moyen d'airbags, dont c'était la première utilisation par la Nasa, à Ares Vallis, région de Chryse Planitia. Une fois stabilisée, la sonde s'ouvrait et libérait un petit rover nommé Sojourner, en hommage à Sojourner Truth, une célèbre abolitionniste américaine, défenseur des droits de la femme.

L'instrumentation scientifique, répartie entre l'atterrisseur et le véhicule, comprenait diverses expériences destinées à analyser l'atmosphère martienne, la climatologie de la planète, la géologie et composition des roches et du sol. Sojourner a cessé toute transmission le 27 septembre, soit près de trois mois après son arrivée, accomplissant parfaitement son objectif

Cette mission, qui marquait le grand retour des Etats-Unis sur la Planète rouge après les Viking de 1976, se révéla un succès total pour la NASA, et permit d'étendre considérablement nos connaissances sur Mars, mais aussi le champ des possibilités notamment en matière de technologie d'atterrissage sur une autre planète et d'exploration au moyen d'un robot mobile.

Ci-dessus : Image complète acquise par HiRISE. Le cratère visible vers le centre inférieur a été baptisé "Big Crater" par l'équipe de Pathfinder. Ses remparts apparaissaient nettement sur les images de l'atterrisseur, depuis une distance de 3 km. Les deux points brillants vers le centre gauche sont les "Twin Peaks", des collines jumelles également visibles sur les vues panoramiques de Pathfinder. Au-dessus, une colline nommée "North Knob".

Aucun indice d'inondation ancienne n'apparaît sur ces images. Les cratères d'impact dominent la scène, suggérant un sol très âgé, probablement de l'ordre de 1.8 milliard à 3.5 milliards d'années. Des ondulations et des dunes linéaires formées par le vent sont observées partout, essentiellement concentrées dans des cratères. Des ensembles d'arêtes polygonales d'origine énigmatique sont visibles à l'est de l'atterrisseur. De nombreux rochers de toutes tailles recouvrent la zone entière, répartis entre les cratères, dont ils constituent probablement des éjectas.

La résolution initiale de cette image, prise depuis une distance moyenne de 284,7 kilomètres, est de 28,5 centimètres par pixel.

Crédit : NASA/JPL/Univ. de l'Arizona

Ci-dessus : Plan rapproché du secteur entourant l'emplacement d'atterrissage, avec légendes.

Crédit : NASA/JPL/Univ. de l'Arizona

Ci-dessus : Agrandissement de l'image précédente avec situation des divers éléments. Le bouclier thermique et le parachute se trouvent au sud, et quatre objets brillants qui peuvent être des fragments détachés de ce bouclier sont identifiés. Deux d'entre eux étaient visibles depuis Pathfinder. Durant la mission, l'objet le plus proche avait été provisoirement identifié comme le bouclier. Cependant, l'analyse de l'image de HiRISE et leur optimisation, ainsi que l'interprétation de leur répartition au sol en tenant compte de la déclivité et des irrégularités du terrain montrent qu'il ne s'agissait que d'un fragment, la partie principale, ainsi que le parachute, étant occultés par une petite colline.
> Image haute résolution

Crédit : NASA/JPL/Univ. de l'Arizona

Ci-dessus : Carte topographique de la région d'atterrissage. Les parties de l'image de HiRISE sont superposées sur une carte topographique élaborée par l'US Geological Survey. La masse blanche au centre est l'atterrisseur. Les échelles en ordonnée et abscisse sont exprimées en mètres et l'atterrisseur se situe au croisement des coordonnées zéro. Les codes de couleurs situant l'altitude relativement à l'atterrisseur sont différents pour les deux images, et exprimés en mètres en légende.

Crédit : NASA/JPL/Univ. d'Arizona/USGS

Ci-dessus : Vue en perspective basée sur la carte topographique construite sur la base des données de Pathfinder et de HiRISE. Les valeurs verticales sont exagérées dans un facteur trois. L'atterrisseur apparaît au centre de l'image.

Crédit : NASA/JPL/Univ. d'Arizona/USGS

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi