Sciences

New Horizons : après Pluton, elle visitera un objet de Kuiper

ActualitéClassé sous :New Horizons , Nasa , pluton

Quand elle aura exploré le système Pluton-Charon, à partir de juillet 2015, la sonde spatiale New Horizons voguera vers un objet de la ceinture de Kuiper, au-delà de l'orbite de Neptune. Mais lequel ? Trois candidats viennent tout juste d'être détectés grâce au télescope spatial Hubble. Décision finale... en 2016.

Illustration d’un « objet de la ceinture de Kuiper » (KBO). Hubble a permis de détecter trois candidats de 25 km à 50 km de taille que New Horizons pourrait aller visiter après l’exploration du système plutonien. On peut voir en orange et en rouge, les orbites des planètes géantes et celles, plus inclinées et allongées, de la planète naine. Quand la sonde spatiale survolera le corps céleste choisi, le Soleil sera à une distance de 6,4 milliards de kilomètres. © Nasa, Esa, G. Bacon (STScI)

Petit à petit, grâce aux sondes éclaireurs, l'humanité découvre les planètes du Système solaire de plus en plus éloignées de la Terre. Voyager 1 et 2, de même que Pioneer 10 et 11, en ouvrant la voie, il y a quelques décennies, furent des pionnières dans le domaine de l'exploration spatiale. La sonde New Horizons (« Nouveaux horizons »), lancée en janvier 2006 dans le cadre du programme New Frontiers (« Nouvelles frontières ») de la Nasa, sera pour sa part la première à entrer dans le vaste domaine de la ceinture de Kuiper.

Tout d'abord, la sonde spatiale va s'intéresser de très près à la planète naine Pluton. Ou plutôt, devrait-on dire, le système Pluton-Charon, distant en moyenne de 5,9 milliards de kilomètres du Soleil, ce qui équivaut à 40 fois la distance Terre-Soleil, c'est-à-dire 40 UA. Après un périple de neuf ans, New Horizons devrait arriver, si tout va bien, le 14 juillet 2015. Jamais auparavant cet astre découvert en 1930 n'avait été visité par une quelconque machine de notre fabrication. Bien sûr, ce jour-là, il faudra patienter plusieurs heures, le temps que les données transmises à bas débit franchissent les distances qui nous séparent, pour voir les premières images de la surface de ces corps qui font respectivement 2.300 km et 1.200 km de diamètre. Sans oublier leurs petits compagnons Nyx, Hydra, Styx et Cerbère, récemment débusqués par Hubble... Nous allons enfin découvrir de quoi Pluton est faite, étudier sa géologie et son atmosphère très ténue, estimer la température, etc. Bref, tâter l'ambiance d'un monde reculé et lugubre, qui reçoit environ mille fois moins d'énergie du Soleil que notre douce planète bleue...

Voici 1110113Y (PT1 pour faire court), un objet de la ceinture de Kuiper (KBO) considéré comme accessible par l’équipe de New Horizons pour les suites de la mission (Pluton et au-delà…). Sa taille est estimée à 30 sur 45 km environ. Il a été détecté par Hubble en direction de la constellation du Sagittaire. © Nasa, Esa, SwRI, JHU/APL, New Horizons KBO Search Team

Goodbye Pluto... Hello Kuiper Belt !

Au terme de son séjour dans le système plutonien, les scientifiques entendent bien poursuivre l'aventure en l'envoyant explorer un ou plusieurs des gros objets de la ceinture de Kuiper. Cette région, qui s'étend au-delà de l'orbite de Neptune, entre 30 et 55 UA, abonde d'astéroïdes de tailles variables, relativement préservés du Soleil. Ce sont des débris de planètes naines ou des planétésimaux inachevés, dont les composition et structure n'ont presque pas changé depuis l'aube du Système solaire, il y a 4,56 milliards d'années... Approcher l'un d'entre eux est une belle occasion pour les planétologues de compléter le puzzle de nos origines.

Il ne reste plus qu'à trouver la bonne cible, qui sera un « objet de la ceinture de Kuiper » (Kuiper Belt objects ou KBO). Depuis longtemps, les scientifiques étaient partis en chasse d'un tel objet, mais les télescopes terrestres les avaient laissés bredouilles, comme nous l'expliquions dans un précédent article sur l'« après-Pluton » de New Horizons. C'était un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin... « Nous avons commencé à nous inquiéter de ce que, peut-être, nous ne pourrions jamais trouver quelque chose d'intéressant, même avec Hubble, se souvient John Spencer, membre de la mission New Horizons. Mais le télescope spatial est venu à notre secours, à partir de 2011. Il y a eu un énorme soupir de soulagement quand nous avons ensuite détecté des KBO convenables. » Outre les difficultés de cette recherche d'un corps rocheux lointain et sombre, l'équipe fut confrontée à la grande densité d'étoiles visibles en direction du Sagittaire, constellation qui, rappelons-le, se situe devant le centre de notre galaxie, la Voie lactée, où évolue actuellement Pluton (au premier plan). 

Parmi les trois candidats retenus, situés à plus de 1,6 milliard de kilomètres de la planète naine, il en est un considéré comme certainement accessible et les deux autres probablement, la réponse dépendant des réserves d'énergie. Les astronomes souhaitent poursuivre leurs investigations à ce sujet. Deux de ces objets ont une taille estimée à environ 55 km et le troisième mesurerait près de 25 km. Le choix devrait se faire fin 2016, après un check-up de la mission, au terme de l'exploration du petit monde de Pluton. News Horizons sera alors à environ 6,4 milliards de kilomètres du Soleil.

Cela vous intéressera aussi