Deux nouveaux objets de la Ceinture de Kuiper découverts par Hubble. Seule une étude plus précise des caractéristiques de leurs orbites en fera ou pas une destination pour New Horizons après son passage près de Pluton. © Nasa, Esa, SwRI, JHU/APL &, New Horizons KBO Search Team

Sciences

Que fera New Horizons après son survol de Pluton ?

ActualitéClassé sous :Nasa , New Horizons , pluton

L'été 2015 verra New Horizons arriver à proximité de Pluton. Cette sonde de la Nasa nous fera alors découvrir cette planète naine, un monde quasiment inconnu. New Horizons, cependant, n'effectuera qu'un passage assez bref dans son voisinage, sans se mettre en orbite. L'engin restera ensuite opérationnel... mais l'agence spatiale ne sait toujours pas quelle nouvelle mission lui assigner. Se diriger vers un objet de Kuiper, sans doute, mais lequel ?

Si la mission Rosetta de l'Agence spatiale européenne fait l'actualité cet été, 2015 sera, dans le domaine spatial, l'année de New Horizons. Cette sonde de la Nasa doit en effet atteindre le système Pluton-Charon en juillet prochain après un voyage de près de 10 ans. Hasard de l'histoire, la sonde de la Nasa, partie à l'assaut d'une vraie planète, devra se contenter d'une « planète naine » puisqu'en août 2006, l'Union astronomique internationale a classé ce corps lointain dans cette nouvelle catégorie.

Le 7 décembre 2014, New Horizons sortira de son mode d'hibernation afin de préparer son survol de Pluton et Charon. Le passage au plus près est prévu le 14 juillet 2015. À cette date, la sonde survolera sa cible à seulement une dizaine de milliers de kilomètres de distance, à la vitesse de 15 km/s par rapport au Soleil. Il faudrait ralentir la sonde pour qu'elle puisse se mettre en orbite autour de Pluton mais une telle manœuvre nécessiterait une quantité trop importante de carburant.

Ce survol sera une occasion unique d'avoir la meilleure vue possible de ce monde inconnu qui n'a jamais été visité par une sonde. En février 2010, le télescope spatial Hubble a bien réalisé une cartographie de Pluton, mais on ne sait que très peu de choses sur ce monde glacé. Sa densité tend à montrer que cet objet est sans doute composée de 70 % de roches et de 30 % de glace (de méthane et d'eau). C'est donc un corps léger entouré d'un épais manteau glacé, semblable à Triton, un satellite de Neptune.

Pendant les dix ans de son voyage, New Horizons s'est approchée de deux planètes. Treize mois après son lancement, en janvier 2006, la sonde a survolé Jupiter afin de bénéficier de son assistance gravitationnelle. Le 25 août dernier, c'est Neptune qui voyait passer la sonde mais à une distance plus grande. © JHUAPL/SwRI

Où aller après Pluton ?

New Horizons s'affairera à déterminer sa composition et étudiera également l'atmosphère évasive de Pluton. On ne sait presque rien sur cette fine enveloppe si ce n'est qu'elle apparaît très tenue (avec une pression de quelques microbars) et qu'elle doit être composée d'azote, de dioxyde de carbone et de méthane. À noter qu'elle n'existe que lorsque Pluton est au plus près du Soleil. Pendant la majeure partie de sa course autour de lui, en 248 ans, les gaz atmosphériques sont transformés en glace.

Après son survol de Pluton , la sonde poursuivra sa route à destination de l'un des milliers d'objets de la Ceinture de Kuiper (les KBO, Kuiper Belt Objects). Probablement d'une apparence et d'une composition plus archaïques que Pluton, ils représentent des reliques d'un lointain passé particulièrement intéressantes à observer de près. Mais ces KBO sont nombreux et, au début de la mission, en janvier 2006, la Nasa ne savait pas quels objets seraient survolés après Pluton. En septembre 2014, elle n'est pas plus avancée !

Pourquoi une si longue hésitation ? Parce que pour les explorer, encore faut-il les trouver... C'est là, en effet, que le bât blesse. Compte tenu de la distance où ils se situent, ces objets de Kuiper sont quasiment invisibles depuis la Terre. Il sont plus petits que Pluton, de la taille d'une comète. La Nasa a beaucoup de mal à identifier une cible compatible avec la trajectoire de la sonde, d'autant que l'engin n'embarque qu'une petite quantité de carburant n'autorisant que de modestes corrections de trajectoire.

Depuis plus de quatre ans, l'équipe scientifique de la mission utilise des télescopes terrestres pour identifier l'objet idéal mais sans succès. Elle a certes découvert de nombreux nouveaux KBO mais aucun ne peut être rejoint par New Horizons. Ultime chance, des télescopes spatiaux comme Hubble, récemment mis à contribution, voire Spitzer, pourraient trouver la solution.

La centaine de clichés fournis par Hubble de cette région du ciel a déjà révélé de nouvelles cibles potentielles. Aux scientifiques maintenant de calculer leurs trajectoires pour déterminer si l'un de ces petits corps est à la portée de la sonde. Si elle a lieu, la rencontre pourrait se faire entre 2016 et 2020.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi