Pluton, qui fut pendant 76 ans la neuvième planète du Système solaire, se révèle sous l'œil perçant du télescope spatial Hubble.
Cela vous intéressera aussi

Le 24 août 2006, au cours d'une réunion de l'Union Astronomique InternationaleUnion Astronomique Internationale, PlutonPluton était déclassée. Découverte en janvier 1930 par Clyde W. Tombaugh depuis l'Observatoire Lowell avec un télescope de 13 pouces, la neuvième planète du Système solaireSystème solaire, pas assez grande et pas assez massive, installée sur une orbiteorbite encombrée, voisinée par des corps parfois plus gros qu'elle, passait dans la catégorie des objets transneptuniens. Elle est officiellement une planète naine et même pas la plus grosse.

En attendant son survolsurvol en 2015 par la sonde américaine New Horizons (lancée en janvier 2006), les scientifiques de la NasaNasa viennent de présenter les résultats d'une étude détaillée menée avec le seul instrument astronomique qui ne montre pas la planète naineplanète naine comme un point lumineux : le télescope spatial Hubbletélescope spatial Hubble.

Une atmosphère active

Si la résolutionrésolution du télescope ne permet pas de voir les reliefs (s'ils existent), les images obtenues montrent différentes couleurscouleurs sur Pluton, couleurs qui se sont modifiées entre les images obtenues en 1994 et les dernières prises en 2002 et 2003.

Il existe donc des changements importants à la surface, sans doute liés à la fontefonte des glaces de monoxyde de carbonemonoxyde de carbone présentes aux deux pôles sous forme de calottes, quand la planète est proche de son périhéliepérihélie, à 29,66 unités astronomiquesunités astronomiques du SoleilSoleil. A cela s'ajoute une activité atmosphérique non négligeable, dont le moteur serait le rayonnement solairerayonnement solaire ultraviolet qui agit sur le méthane présent dans la mince enveloppe de gazgaz entourant Pluton.