Les tourbillons de poussières se forment de la même manière, que ce soit en Arizona ou sur Mars. Pour tenter de prévoir ce phénomène qui perturbe ses missions sur la Planète rouge, la Nasa étudie les « dust devils » dans le désert de Mojave.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des poussières de Mars à l’origine de la lumière zodiacale Pendant son voyage vers Jupiter, la sonde Juno s’est transformée de manière inattendue en parfnull

Les « Dust Devils », ou « Diables de poussières » en français, sont des tourbillonstourbillons qui se forment très couramment par temps sec dans les régions désertiques au printemps et en été. De l'air très sec et instable entre en rotation et soulève la poussière ou le sablesable du sol. Leur diamètre varie le plus souvent de quelques centimètres à quelques dizaines de mètres.

Des « Dust Devils » gigantesques et destructeurs sur Mars

Mais ce phénomène météométéo n'est pas une exclusivité de la Terre, puisqu'il a aussi été repéré et filmé sur Mars. Et l'envergure des « Dust Devils » martiens n'est pas comparable avec celle des tourbillons terrestres : sur Mars, leur diamètre peut atteindre les 1 600 mètres !  La Nasa s'intéresse aux « Dust Devils » sur la Planète rouge car ils permettent de mieux comprendre la météo martienne, mais pas seulement. Ces tourbillons gigantesques peuvent impacter le fonctionnement des robotsrobots envoyés sur la planète, de manière positive ou négative. Les tempêtestempêtes de sable classiques et « Dust Devils » permettent d'obtenir des prélèvements de poussière mais s'ils sont trop puissants, ils peuvent au contraire mettre en péril les rovers, comme cela s'est produit avec Opportunity en 2019 et plus récemment, avec l'atterrisseur InSight.

Un <em>Dust Devil</em> en Arizona à gauche et un autre sur Mars à droite. © Nasa, University of Michigan
Un Dust Devil en Arizona à gauche et un autre sur Mars à droite. © Nasa, University of Michigan

Afin de mieux prévoir ces phénomènes météo extrêmes, la Nasa effectue des recherches dans le désert de Mojave aux États-Unis, puisque les tourbillons de poussière en Arizona et sur Mars se forment exactement de la même manière : l'objectif est d'arriver à repérer une soudaine baisse de pressionpression au centre du tourbillon, qui indique son approche. Celle-ci fluctue comme un électrocardiogrammeélectrocardiogramme, un phénomène typique des « Dust Devils ».