De nombreuses missions ont déjà fait le voyage entre notre Terre et la planète Mars. Mais l’attrait des scientifiques pour la planète rouge ne semble pas vouloir faiblir. Parce que Mars pourrait avoir abrité la vie dans un passé pas si lointain. Parce que l’humanité espère aussi réussir bientôt à coloniser cette planète qui ressemble à la nôtre.

Depuis des siècles, la planète Mars exerce sur les Hommes une sorte de fascination. Par sa couleurcouleur, d'abord, qui leur a très vite rappelé celle du sang (d'où son association avec dieu de la Guerre Mars). Par son apparence plus générale -- des motifs et des formes intrigantes révélées par les premiers instruments astronomiques à la fin des années 1800 --, ensuite, qui leur a laissé croire à l'existence de petits hommes verts qui y auraient construit des canaux. Mais si les astronomesastronomes s'intéressent aujourd'hui autant à la Planète rouge, c'est en premier lieu, ayons le sens pratique, parce que sa relative proximité la rend atteignable à leurs sondes et autres roversrovers. Cible de beaucoup de nations, parmi lesquelles les États-Unis, la Chine et les Émirats arabes unis, Mars semble être devenue l'enjeu d'une nouvelle course à l'espace. Même si l'exercice reste périlleux. Sur la cinquantaine de missions lancées depuis les années 1960, une vingtaine seulement a été couronnée de succès.

Live

Perseverance débarque sur Mars : comment suivre son atterrissage en direct ?

Si les astronomes s'intéressent à Mars, c'est aussi pour sa ressemblance avec notre planète. Une période de rotationpériode de rotation très proche. Une taille somme toute assez semblable. Une composition rocheuse. Les scientifiques estiment même que jusqu'à il y a 3,5 milliards d'années, Mars aurait pu être aussi habitable que la Terre. Des études et des missions d'exploration ont en effet montré que de l'eau a coulé sur la Planète rouge par le passé. Laissant derrière elle des traces de fleuves et de bassins. Mars était alors plus chaude qu'aujourd'hui et son atmosphèreatmosphère plus épaisse. Puis la planète a connu un violent changement climatiquechangement climatique.

Une autre raison de poursuivre l'exploration de la Planète rouge. Pour comprendre comment s'est produit un tel changement. Et identifier clairement les conséquences qu'il a eues sur Mars. Aujourd'hui, son atmosphère riche en dioxyde de carbonedioxyde de carbone semble incommode à la vie. Tout comme les composés toxiques que contient son sol. Et son eau est prise au piège de la glace. Mais ceux qui espèrent trouver des traces d’une vie extraterrestre -- fussent-elles aujourd'hui éteintes -- placent tout de même Mars en tête de leur liste des planètes à explorer.

Comprendre d’où nous venons et où nous allons

Étudier in situ les roches, les sédimentssédiments et les sols martiens, les volcansvolcans, les cratères d'impacts de météoritesmétéorites et tous les processus géophysiques qui se produisent sur la Planète rouge permet aux géologuesgéologues d'en apprendre plus sur son histoire. Des échantillons de son atmosphère pourraient aider à révéler des détails cruciaux de sa formation et de son évolution. Mais aussi de celles de la Terre. Menant peut-être à comprendre enfin pourquoi l'atmosphère de Mars est si ténue, comparée à celle de notre planète.

Le but des missions robotisées vers Mars est aussi de préparer de futures missions humaines. Et en la matièrematière, il y a beaucoup à faire. Déterminer où se trouvent les ressources en eau les plus accessibles. Ou encore, évaluer les risques biologiques dans le sol et la poussière de la planète rouge. Afin de limiter les risques sur place, mais également au retour des astronautesastronautes sur la Terre.

Le saviez-vous ?

En juillet 1965, la sonde de la Nasa Mariner 4 est la première de l’histoire à survoler Mars. Mais ce n’est qu’en 1976 qu’une sonde atterrit sans encombre sur la Planète rouge. Il s’agit de Viking 1. En 1997, Sojourner est, quant à lui, le premier rover à se promener sur la surface de Mars.

Toutes les missions envoyées vers Mars ont déjà permis de découvrir les plus grands volcans du Système solaire, et l’un des canyons les plus importants également. Des tempêtes de poussière ou des tremblements de Mars.

L'exploration de Mars par des rovers devrait aussi permettre de tester des technologies qui pourraient permettre à des humains de coloniser la Planète rouge. Des technologies de production d'oxygèneoxygène ou de nourriture, par exemple. Et pour cela, le temps est désormais compté puisque la NasaNasa, notamment, a d'ores et déjà annoncé son ambition d'envoyer des Hommes vers Mars avant la fin des années 2030.