Occultation de Vénus par la Lune. © SkySafari
Sciences

Des reliefs repérés depuis la Terre sur un objet transneptunien

ActualitéClassé sous :Astronomie , système solaire externe , Système solaire

[EN VIDÉO] Neptune, une planète bleue si mystérieuse  Elle est bleue comme la Terre mais ce n'est pas à cause de l'eau. Elle est géante, elles très loin, installée juste avant la ceinture de Kuiper, un autre monde. Découvrons Neptune, visitée une seule fois, par Voyage-2, en 1989, et que l'on connaît si mal. Tout juste sait-on qu'en son cœur, peut-être, il pleut des diamants… 

Grâce à l'observation d'occultations stellaires, une équipe internationale d'astronomes a réussi à détecter des reliefs sur (307261) 2002 MS4, un des plus gros objets transneptuniens connus.

Résoudre la surface d'un objet transneptunien, c'est-à-dire un corps dont l'orbite est majoritairement au-delà de celle de Neptune, n'est pas chose aisée sans envoyer une sonde sur place. Sur les près de 4 000 objets connus à ce jour dans cette région du système solaire, seul le système plutonien et (486958) Arrokoth ont ainsi été explorés, grâce à la sonde New Horizons. Les images de Pluton et de Charon ont alors révélé des sommets atteignant 6 kilomètres tandis que les images retraitées d'Obéron, le plus grand satellite d'Uranus, qui avaient été prises par Voyager 2, montrent une montagne d'environ 11 kilomètres.

Il arrive cependant qu'un transneptunien passe entre nous et une étoile. Lors d'un tel événement, appelé occultation, le transneptunien cache pendant quelques secondes l'étoile, ce qui permet de révéler de précieux détails sur le petit corps (et éventuellement sur l'étoile). Les occultations stellaires ont ainsi permis des avancées remarquables dans la connaissance des propriétés physiques et des anneaux de centaures et de transneptuniens.

Profil projeté détecté de (307261) 2002 MS4 lors de l'occultation stellaire du 8 août 2020. Les lignes bleues sont les détections positives, avec les incertitudes en rouge. Les segments verts présentent la région environnante. La ligne noire est le meilleur ajustement elliptique. Les régions grisées sont les solutions à l'intérieur de 3σ d'incertitude. © Rommel et al. (2021)

Un gros objet au-delà des planètes

(307261) 2002 MS4 est un objet transneptunien, plus précisément un objet classique de la ceinture de Kuiper (aussi nommé « cubewano »), c'est-à-dire qui n'est pas en résonance orbitale avec Neptune. 2002 MS4 est considéré comme « chaud », non pas au sens de sa température -- aussi loin du Soleil, il y fait dans les −230 °C ! --, mais au sens dynamique, c'est-à-dire que son orbite est relativement inclinée (17,7°).

Dispersion radiale du meilleur ajustement elliptique en fonction de l'angle de position. Les lignes vertes en pointillés représentent la limite inférieure de 7 kilomètres pour la rugosité globale. Les régions grisées montrent la montagne et la dépression. © Rommel et al. (2021)

Mesurant dans les 800 kilomètres de diamètre, 2002 MS4 fait partie des vingt plus gros corps connus directement en orbite autour du Soleil. Cette planète naine potentielle, découverte en 2002 par Chad Trujillo et Michael Brown, est d'ailleurs à ce jour le plus gros objet du système solaire sans nom propre.

Les occultations stellaires à la rescousse

De telles occultations, sept entre 2019 et 2021, faisant intervenir le gros transneptunien 2002 MS4, ont été observées dans le cadre du projet Lucky Star du Conseil européen de la recherche (ERC). Le plus fructueux a impliqué 116 télescopes en Europe, en Afrique du Nord et en Asie occidentale le 8 août 2020.

Flux normalisé de l'étoile en fonction du temps, vu par l'observatoire de Varages. Les 3 points intermédiaires avant l'émersion sont à l'intérieur du rectangle vert, montrant un petit relief. © Rommel et al. (2021)

Les données recueillies par Flavia L. Rommel et ses collaborateurs ont permis de déterminer que 2002 MS4 a un diamètre équivalent d'environ 800 ± 24 kilomètres. Sur l'hémisphère nord projeté, il y a des indices de reliefs d'environ 20 kilomètres, plus précisément une montagne et une dépression. Selon les auteurs, si 2002 MS4 est principalement composé de glace avec une densité comprise entre 1,0 et 2,0 g/cm3, cet objet peut supporter des reliefs d'environ 7 kilomètres, mais si la densité de la glace augmente vers le centre de l'objet, alors 2002 MS4 peut supporter des reliefs plus importants. La courbe de lumière rasante la plus septentrionale, acquise depuis l'observatoire de Varages, en France, montre par ailleurs la détection directe d'un relief mineur : l'étoile est apparue partiellement avant la réapparition, probablement en raison d'une dépression ou d'une montagne locale.

---

Futura dans les Étoiles, c'est le rendez-vous incontournable des amateurs d'astronomie et d'espace. Tous les 1ers du mois, retrouvez-nous pour un tour complet des éphémérides du mois, avec des conseils pour observer au mieux ce qu'il se passe dans le ciel. Un épisode spécial publié tous les 15 du mois vous proposera d'en apprendre plus sur un objet ou un événement particulier qui marquera l'actualité astronomique et spatiale.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !