Sciences

Un radiotélescope européen pour sonder l'Univers

ActualitéClassé sous :Astronomie , LOFAR , radiotélescope

Le réseau d'antennes radio Lofar, en cours de construction aux Pays-Bas et dans d'autres pays d'Europe, vient de commencer à cartographier l'Univers. Il a pour objectif de découvrir les galaxies les plus lointaines jamais vues et capter les signaux radio de civilisations extraterrestres. Sa première image vient d'être rendue publique lors de la réunion annuelle de la Société Royale d'Astronomie à Glasgow.

Lofar est le premier d’une nouvelle génération de radiotélescopes géants utilisant la technique des réseaux phasés multi-faisceaux. A l'image, la pemière station du réseau d’antennes basses fréquences Lofar. Crédit Lofar Science team

Ce réseau Lofar (Low Frequency Array) se compose de 44 stations réparties aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suède, en France et au Royaume-Uni. Aujourd'hui seules 21 de ces stations sont opérationnelles. Les 23 autres sont en cours d'installation et l'ensemble devrait fonctionner d'ici fin 2010. Chaque station se compose de plusieurs petites antennes qui captent et mesurent les émissions radio de l'Univers. Le signal capté est envoyé à un superordinateur qui traite les données avant de générer les images.

Comme son nom l'indique, ce radiotélescope fonctionne en basses fréquences (30 à 240 MHz). Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, Lofar atteindra une sensibilité et une résolution angulaire inégalées, ce qui fait espérer des avancées importantes dans de nombreux domaines de l'astronomie. Il travaillera dans des longueurs d'onde qui permettent de détecter les premières étoiles et les mini-trous noirs apparus seulement 500.000 ans après le Big Bang ! Il sera également utilisé pour étudier les rayons cosmiques, les pulsars et le champ magnétique de la Voie lactée et réalisera un sondage de l'Univers lointain en se focalisant sur les galaxies les plus vieilles.

A droite, la première image de Lofar. Elle montre une galaxie radio et des jets de matière produits par le trou noir qui se trouve au centre. Elle est à comparer avec les deux images à gauche de la même source, réalisées par d’autres instruments dans d’autres fréquences. © Van Weeren / Astron

Comme le souligne le Dr. McKean de l'Institut de Radio Astronomie des Pays-Bas, « la sensibilité et la résolution étonnante de Lofar va nous donner une vue sans précédent sur la façon dont l'Univers a évolué au fil des milliards d'années » Et d'ajouter : « la partie basse fréquence du spectre électromagnétique n'a jamais été explorée avec une résolution aussi fine de sorte que l'on s'attend à découvrir de nouveaux types de galaxies qui n'ont simplement jamais été vues auparavant ».

Enfin, Lofar sera utilisé pour détecter les signes d'autres civilisations extraterrestres autour d'étoiles proches du Soleil. Il recherchera, toujours dans les basses fréquences, ce qui pourrait être identifié à des signaux radio artificiels. Les scientifiques élargiront leur recherche à d'autres fréquences du spectre pour se donner plus de chances de détecter quelque chose, puisque, bien sûr, on ignore dans quelles fréquences ces civilisations pourraient émettre... Ce sondage Seti (recherche d'extraterrestres) réalisé dans des fréquences encore jamais utilisées se veut plus large que ceux déjà réalisés.

Cela vous intéressera aussi