C'est sans doute une première mondiale qu'a réalisée l'astrophotographe amateur français Thierry Legault. Le 14 avril 2010, il est parvenu à photographier la Nouvelle Lune.

Cela vous intéressera aussi

Au cours des 29 jours que dure une lunaisonlunaison, la Lune passe progressivement de la Nouvelle LuneNouvelle Lune à la Pleine LunePleine Lune pour décroître ensuite jusqu'à la Nouvelle Lune suivante. C'est à ce moment que la Lune est la plus proche du SoleilSoleil (en apparence dans le ciel), donc invisible. Parfois elle passe devant, ce qui provoque une éclipse de Soleiléclipse de Soleil.

Dans les années 1930, l'astronomeastronome français André Danjon avait calculé qu'il était impossible de distinguer le croissant de Lune lorsque l'élongationélongation (la distance apparente entre le Soleil et la Lune) est inférieure à 7 degrés, car le fin croissant est alors moins lumineux que le ciel. A l'œilœil nu les plus fins croissants observés l'ont été à 14 heures de la Nouvelle Lune, un peu moins avec un instrument astronomique.

Principe de la lunaison. Crédit Mme Guimberteau
Principe de la lunaison. Crédit Mme Guimberteau

Une préparation minutieuse

Thierry Legault est un astrophotographe réputé. Certaines de ses images ont fait le tour du monde, comme le passage de la navette Atlantis et du télescope spatial devant le Soleil. Il avait retenu depuis longtemps la date du 14 avril. Ce jour-là, la Nouvelle Lune se produisait à 12 heures 29 TU avec un écart angulaire d'un peu moins de 5 degrés entre la Lune et le Soleil.

Cette séparationséparation étant inférieure à la limite fixée par l'astronome Danjon, un instrument était indispensable, en l'occurrence une lunette de 106 mm de diamètre. Une caméra monochrome équipée d'un filtre infrarougeinfrarouge était installée derrière la lunette et Thierry Legault avait également prévu un écran percé placé à l'avant de l'instrument pour éviter que ce dernier ne reçoive les rayons du Soleil. Comme il était impossible de voir le croissant lunaire pour pointer l'instrument dessus, l'astrophotographe avait réalisé une mise en station de sa monture la nuit précédente et réglé ses moteurs en tenant compte de la vitessevitesse lunaire.

Pour cette tentative de record, Thierry Legault n'avait rien laissé au hasard dans sa préparation. Crédit T. Legault

Pour cette tentative de record, Thierry Legault n'avait rien laissé au hasard dans sa préparation. Crédit T. Legault

Des efforts récompensés par un exploit

Malgré quelques passages nuageux, Thierry Legault a réussi à photographier la Nouvelle Lune à l'instant zéro, lorsque Lune et Soleil ont la même longitudelongitude écliptique géocentriquegéocentrique (leur séparation angulaire est alors minimale). Sur l'image réalisée à 12 heures 29 TU (en bas de l'article) on devine le très fin croissant de Lune dont les irrégularités sont dues à la réflexion des rayons solaires sur les reliefs du bord lunaire (montagnes et cratères). Retrouvez le récit et les images de cette aventure sur la page internet que lui consacre son auteur.

A noter que Thierry Legault n'était pas le seul à guetter cette Nouvelle Lune. L'astrophotographe Vincent Jacques, observant avec une technique similaire, a échoué un peu plus d'une heure avant l'instant décisif, son ciel étant envahi par les nuagesnuages. Les amateurs de record se sont donné rendez-vous le 8 septembre 2010 et le 3 avril 2011, où l'on retrouvera des conditions identiques pour photographier la Nouvelle Lune.

Attention, ce type d'observations présente un réel danger en raison de la proximité du Soleil ; seuls les astrophotographes aguerris peuvent tenter ce genre d'exploit en s'entourant de nombreuses précautions.