Sciences

Le point sur la mission Deep Impact, le percuteur de comète

ActualitéClassé sous :Astronomie , Deep impact , cratère

C'est dans moins d'un mois, le 4 juillet 2005, que la sonde américaine Deep Impact doit atteindre son objectif, la comète 9P/Tempel 1. Deep Impact sera la première mission chargée d'étudier la croûte et l'intérieur d'une comète. Pour cela la sonde propulsera sur l'objet un projectile de 370 kilogrammes de façon à créer un petit cratère qui éjectera les matériaux du sous-sol sous la forme d'un panache de gaz et de poussière.

Cette image en fausses couleurs de la comète 9P/Tempel 1 a été acquise dans la nuit du 4 au 5 mai 2005 par le télescope NTT (ESO) de 3,5 m alors que la comète se situait à quelque 100 millions de km de la Terre. La coma s'étend sur plus de 30.000 km et le

A cette occasion nous venons de publier un dossier spécial accessible ici

Sur Terre, l'on s'active depuis plusieurs mois à préparer au mieux cet évènement. Des observations ont été menées pour surveiller l'environnement de la comète et son activité. Les résultats scientifiques dépendent de façon cruciale des observations qui seront faites avant l'impact du projectile contre la surface de la comète. En effet, il est nécessaire d'accumuler une masse significative de données afin de caractériser entièrement la comète et son très proche environnement. Les scientifiques veulent des renseignements précis sur sa taille, son albédo (la réflectivité de la lumière), sa période de rotation, etc. Il est essentiel d'avoir une vue d'ensemble de façon à distinguer clairement les effets de l'impact de l'activité normale de la comète.

Mais, la NASA se sait pas précisément ce qui se passera au moment de l'impact. Bien que l'on s'attende à la formation d'un cratère de plusieurs dizaines de mètres et la formation d'un panache de gaz et de poussière, d'autres modèles sont moins optimistes mais toutefois peu probables. L'un prévoit que le projectile s'enfonce dans la comète sans aucun effet visible et un autre prévoit qu'il disloque le noyau !

Pendant et après l'impact, plus de 30 télescopes seront mobilisés, dont les observatoires spatiaux Spitzer (infrarouge), Hubble (visible) et Chandra (X), pour suivre l'évènement. L'ESO participera activement aux observations qui suivront l'impact dès que la comète sera visible depuis le Chili. Les observations seront coordonnées en étroite collaboration avec les scientifiques de la mission et devraient durer pendant au moins une semaine. L'ESO a prévu d'utiliser ses principaux télescopes et les 4 télescopes auxiliaires (AT) de 1.80 m du VLT.

Le matériel à l'intérieur du noyau est primitif. C'est-à-dire il renferme les éléments de la composition initiale des débuts du Système Solaire, quelques millions d'années après sa formation. En raison de nos connaissances limitées de la structure même des comètes, les données qui seront recueillies après l'impact sont d'une grande importance.

Les informations attendues détailleront la composition chimique du gaz de la comète et de la coma, la nébulosité diffuse qui entoure le noyau. Quant à l'étude approfondie de ce matériel primitif, elle fournira des indices importants sur l'origine des comètes et de la formation du système solaire. Enfin, on en saura un peu plus sur les molécules cométaires qui pourraient avoir joué un rôle important dans la formation de l'atmosphère des planètes et l'apparition de la vie sur Terre

Deep Impact

Le 3 juillet, environ 24 h avant l'impact l'impacteur doit se séparer de la sonde Deep Impact. L'impacteur se placera sur une trajectoire de collision avec la comète alors que la sonde ralentira sa vitesse et se placera bien au-delà des effets de l'impact de façon à avoir une vue d'ensemble.

Bien que la NASA n'a pas prévu de satelliser sa sonde autour de la comète après l'impact du projectile, Deep Impact observera la comète tout en s'éloignant. Des clichés haute résolution de l'intérieur du cratère et des spectres sont attendus.

Deep Impact aura approximativement 14 minutes pour effectuer ses observations et étudier le cratère formé avant que la sonde passe derrière la comète. Après cette rotation, les observations devraient encore se poursuivre 24 heures alors que Deep Impact s'éloignera inexorablement sur son orbite solaire.

Note

Les comètes, comme les astéroïdes par exemple, font partie de la famille des petits corps du Système Solaire. Ce sont des fossiles, qui ne se sont pas agrégés pour former des planètes. Ce qui fait leur intérêt. Il s'agit d'objets très froids à l'exception bien sûr des comètes qui se réchauffent de façon importante quand elles se rapprochent du Soleil. On les assimile à des protoplanètes avortées en raison de la formation de Jupiter et des autres planètes du Système Solaire.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi