Sciences

Les internautes baptisent Cerbère et Vulcain deux satellites de Pluton

ActualitéClassé sous :Astronomie , pluton , satellite

Les internautes, à la demande de l'institut Seti, ont choisi les noms des deux derniers satellites repérés autour de la lointaine Pluton. P4 et P5 deviendront vraisemblablement Cerbère et Vulcain.

Les noms choisis par les internautes à la demande de l'institut Seti. Cerbère et Vulcain emportent les suffrages. Derrière, on remarque les bons scores de Styx, un des fleuves des enfers dans la mythologie grecque, et de Perséphone, qui fut reine des enfers après avoir épousé Hadès, Pluton chez les Romains. © Institut Seti
  • Découvrez les images de Pluton 

C'est du côté des enfers que les internautes ont trouvé l'inspiration pour nommer les deux derniers satellites découverts autour de Pluton, provisoirement nommés P4 et P5, puisqu'il s'agissait de ses quatrième et cinquième satellites dans l'ordre de leurs découvertes. À la demande de l'institut Seti et via l'opération lancée sur le site Pluto Rocks, les visiteurs ont proposé leur choix. Cerbère et Vulcain sont sortis vainqueurs en nombre de voix. C'est donc démocratiquement que ces deux nouvelles appellations seront soumises aux instances astronomiques. On ne sait pas encore qui, de P4 et P5, sera Cerbère ou Vulcain.

P4 a été débusqué en 2011 à l'aide du télescope Hubble par Mark Showalter, de l'institut Seti, autour de celle qui est depuis 2006 une « planète naine ». Le même instrument et le même astronome découvraient en 2012 un cinquième corps en orbite autour de cet astre lointain vers lequel fonce la sonde New Horizons, avec un survol prévu en juillet 2015.

Pluton (Pluto) et ses quatre satellites connus : Charon (qui fut P1), Nix et Hydra (P2 et P3 devenus un temps S/2005 P1 et S/2005 P2) et, bien plus petits, P4 et P5, qui seront bientôt Cerbère et Vulcain, mais dans quel ordre ? L'image est due au télescope spatial Hubble. © Nasa, Esa, M. Showalter, Seti Institute

Six corps tournent ensemble au-delà de Neptune

Pour les noms à donner à P4 et P5, la logique mythologique a été respectée par les participants au concours. Cerbère est le chien qui gardait la porte des enfers chez les Grecs de l'Antiquité, et Vulcain, fils de Jupiter et de Junon, dieu des forges et des volcans, n'habitait pas très loin. Or, Pluton lui-même doit son nom au dieu romain des enfers. Ce patronyme a été choisi également pour rappeler, par ses initiales, Percival Lowell, riche astronome amateur qui a créé un observatoire spécialement pour dénicher une neuvième planète, ce qui fut fait après sa mort, par Clyde Tombaugh en 1930.

En 1978, le satellite, d'une taille juste un peu plus faible que celle de Pluton et qui fut brièvement « P1 », a été nommé Charon. Il s'agit du rameur qui, dans la mythologie grecque, embarque les âmes errantes pour leur faire traverser le Styx, dont l'autre rive est le séjour des morts.

Tour du Soleil en 248 ans pour Pluton

En 2005, le télescope spatial Hubble, toujours lui, montrait deux petits corps orbitant autour de Pluton, et qui devinrent Hydra et Nix, en 2006. Hydra est le nom anglais de l'Hydre, ce monstre à plusieurs têtes qui repoussaient lorsqu'Hercule les tranchait. Le second nom rappelle Nyx, déesse grecque de la nuit, qui n'est autre que la mère du batelier Charon.

Le monde de Pluton, même infernal, commence à nous être un peu mieux connu. Situé entre 30 et 49 unités astronomiques (UA) du Soleil, sur une orbite très elliptique et fortement inclinée par rapport au plan de l'écliptique, ce groupe de corps transneptuniens liés entre eux par l'attraction gravitationnelle font un tour du Soleil en 248 ans et sont actuellement plutôt bien placés par rapport à la Terre et au Soleil pour de fructueuses observations.

Cela vous intéressera aussi