La naine brune 2MASS1207-3932 est décidément une aubaine pour les astronomes qui vont de surprise en surprise au fur et à mesure qu’ils l’étudient. D’une masse de 24 fois celle de Jupiter, elle avait déjà fait parler d’elle il y a deux ans environ. En effet, une exoplanète de 5 fois la masse de Jupiter avait non seulement été détectée en orbite autour d’elle mais aussi observée ! Maintenant, le Very Large Telescope déjà employé pour cette découverte, en a permis une autre. Tout comme les jeunes étoiles T-Tauri et les trous noirs super massifs, la naine brune possède des jets de matière bipolaire !
Cela vous intéressera aussi
Image du site Futura Sciences

Le VLTVLT est une fois de plus à l'honneur avec cette observation et l'étoile 2MASS1207-3932 possède maintenant nombre de caractéristiques rappelant un système solairesystème solaire en formation, mais ici en miniature. De plus, localisée dans un amas stellaire jeune, on estime qu'elle-même a probablement moins de 8 millions d'années d'âge. Située à 170 années lumièrelumière de la TerreTerre, cette naine brunenaine brune possède un disque de poussières et de gazgaz et, de façon étonnante, c'est aussi le cas pour sa planète. C'est donc en poursuivant les études de ce système exceptionnel que les chercheurs ont découvert ces jets longs de plus d'un milliard de kilomètres, et s'échappant de l'étoile à quelques kilomètres par seconde.

La technique employée pour la détection est délicate mais puissante. Il s'agit d'obtenir des spectresspectres dans le domaine ultra-violet avec une grande résolutionrésolution. Alors que les jets s'échappant des jeunes étoilesétoiles en formation que sont les T-Tauri sont brillants et larges, ceux qui viennent d'être mis en évidence sont étroits et peu lumineux. La performance revient à séparer les images de deux pièces de monnaie de 1 euro presque côte à côte à une distance de 40 km !

La tâche était pourtant à la hauteur du dispositif UVES équipant le VLT. Comme le fait remarquer Emma Whelan, l'un des auteurs principaux du papier publié analysant les mesures effectuées, que de chemin parcouru depuis la lunette avec laquelle GaliléeGalilée avait observé JupiterJupiter. Aujourd'hui, ce sont des exoplanètes à près de 200 années-lumièreannées-lumière que les télescopestélescopes au sol sont capables de détecter et, comme ici, d'observer !

A ce jour, c'est le plus petit corps céleste connu possédant de tels jets de matièrematière. C'est impressionnant de voir un mécanisme qui opère visiblement sur une échelle de massemasse de quelques dizaines de fois la masse de Jupiter à plusieurs millions de fois la masse du SoleilSoleil dans les noyaux actifs de galaxiesnoyaux actifs de galaxies.