Sciences

Chandra observe des aurores terrestres

ActualitéClassé sous :Astronomie , chandra , Chandrasekhar

Bien que l'observatoire spatial Chandra de la NASA ait été conçu pour pointer ses capteurs vers les sources X de l'Univers, une équipe de scientifiques n'a pas hésité à le retourner et à le faire pointer sur la Terre de façon à observer les régions polaires de l'hémisphère nord.

Les images faites des aurores à partir des données de Chandra

Chandra qui fonctionne dans le rayonnement X, a tout naturellement observé des aurores boréales dans cette longueur d'onde, ce qui a permis d'étudier ce phénomène sous un autre angle en étudiant le rayonnement X de basse énergie (0.1 - 10 kilo-électron volts, ou KeV) généré durant une activité aurorale. Ces observations s'inscrivant dans une étude de la magnétosphère et des aurores boréales.

Chandra, télescope spatial spécialisé dans l'observation des sources de rayons X

Les aurores

Les aurores sont dûes aux éjections de masse coronale (CME) du Soleil, elles-mêmes la conséquence de puissantes explosions magnétiques dans la couronne du Soleil, qui projettent le plasma ionisé dans l'espace interplanétaire, et le gaz neutre associé par collision. Les éjections de masse coronale transportent des milliards de tonnes de matière. La détente, dans l'espace interplanétaire peu dense, du plasma initialement comprimé par les fortes pressions existant à la surface du Soleil, augmente son volume jusqu'à des tailles supérieures à celle du Soleil. Une gigantesque bulle de plasma s'éloigne à vitesse supersonique du Soleil, à plus de 300 000 km/h, en suivant les lignes de force du champ magnétique solaire.

A son arrivée au voisinage de la Terre après trois à quatre jours, la CME interagit avec le champ magnétique terrestre. Elle produit des aurores boréales et australes, des orages géomagnétiques et peut perturber les communications radio, les satellites et les systèmes de distribution d'électricité, voire exposer les astronautes en sortie extra véhiculaires à des doses d'irradiations importantes.

Chandra

Baptisé en hommage du nom de l'astronome américano-indien S. Chandrasekhar, Chandra a été mis en orbite en juillet 1999, par l'équipage de Columbia lors de la mission STS-93. Développé par la NASA, cet observatoire spatial est destiné à localiser et étudier les rayonnements X du ciel. Ses images sont près de 100 fois plus fines que celles fournies par les observatoires terrestres.

Long de 13,8 m et pesant quelques 4200 kg, Chandra suit une orbite très allongée entre 10 000 et 140 000 km. Cette orbite n'a pas été choisie au hasard. Elle place le satellite au-dessus des ceintures de radiations plus de 75% des 63,5 heures de sa période orbitale, de sorte que des observations ininterrompues durant plus de 2 jours sont possibles. Bien que les observations de Chandra dépendent de l'activité solaire, de 65 à 70 % du temps disponible est utilisé pour la science.

Depuis sa mise à poste, aucun problème technique significatif n'a affecté le satellite. Conçu pour fonctionner 5 ans en orbite, la NASA a décidé de prolonger son exploitation en raison de réserve de gaz suffisante pour fonctionner au moins 10 ans.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi