Sciences

En bref : la carte de Mercure prend des couleurs

ActualitéClassé sous :Astronomie , mercure , planète mercure

La sonde américaine Messenger a accumulé assez d'images pour réaliser la carte en couleur de la surface de Mercure, la première planète du Système solaire.

Plusieurs milliers d'images prises par la sonde Messenger avec différents filtres ont permis de dresser la première carte en couleur de Mercure. Le bassin Caloris (en jaune) est visible en haut à droite. © Nasa, Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory, Carnegie Institution of Washington
  • Découvrez les images de la mystérieuse planète Mercure 

Le 18 mars prochain, la sonde Messenger (pour MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry and Ranging) achèvera sa deuxième année en orbite autour de Mercure, la planète la moins connue du Système solaire. Se montrant assez rarement (la dernière fois remonte à décembre 2012 lors de son alignement avec Saturne et Vénus), Mercure ne s'éloigne jamais beaucoup de l'horizon en raison de sa proximité avec le Soleil, ce qui nous prive d'observations de qualité avec les télescopes terrestres. Il nous faut alors compter uniquement sur les résultats fournis par les sondes spatiales et sur l'analyse de NWA 7325, une météorite ramassée au Maroc qui est peut-être un petit bout de Mercure.

Bardée de ses sept instruments scientifiques (spectromètres, magnétomètre, altimètre, etc.) et de ses deux caméras (la Wac et la Nac, la première à large champ, la seconde à champ étroit), la sonde Messenger nous offre depuis deux ans une nouvelle vision de la première planète du Système solaire. De l'étrange structure en X au centre d'un cratère à la confirmation de la présence de glace au niveau des pôles, rien n'échappe à la sonde américaine.

Récemment, des scientifiques de l'université Johns Hopkins et de l'institut Carnegie ont assemblé dans une vidéo plusieurs milliers d'images prises par la caméra grand champ avec des filtres différents, permettant d'offrir la première carte en couleur de la surface de Mercure. Ces couleurs très exagérées permettent de révéler l'âge et la composition des terrains : bleu foncé là où se trouvent des minéraux opaques avec un faible pouvoir de réflectance, bleu clair pour les impacts météoritiques les plus récents (jeunes cratères entourés de rayons composés de matériaux éjectés), jaune dans les plaines remplies de lave fluide (comme Caloris, le grand bassin circulaire en haut à droite de l'image) et orange pour les matériaux émis au cours d'éruptions explosives.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi