Responsable de l’échec de la satellisation de la sonde Akatsuki autour de Vénus en décembre 2010, le système de propulsion de la sonde est actuellement testé par la Jaxa. La nouvelle tentative de mise en orbite de la sonde vers la fin 2015 passe par une correction de trajectoire, prévue en novembre, qu’il ne faut absolument pas rater.
Cela vous intéressera aussi

Lancée en mai 2010 en même temps que le démonstrateurdémonstrateur de voile solaire Ikaros, par un lanceurlanceur H-IIA, la sonde Akatsuki a raté sa mise en orbite autour de VénusVénus en décembre 2010, en raison d'un problème lié au système de propulsion. D'après la Jaxa, la tuyèretuyère du moteur aurait été endommagée par la combustioncombustion anormale du carburant, vraisemblablement provoquée par une substance étrangère coincée dans le robinet d'arrivée du carburant.

Depuis cette date, la sonde poursuit son périple autour du Soleil, donnant quelques soucissoucis aux ingénieurs, sur une trajectoire qui l'amènera à une possible nouvelle satellisation vers la fin 2015. Pour réussir cette manœuvre, la sonde doit ajuster sa trajectoire en novembre 2011.

Les secrets de l'atmosphère vénusienne

Pour s'assurer que le système de propulsion fonctionnera normalement lors de son allumage en novembre, la Jaxa a procédé à un premier essai réussi de fonctionnement du moteur, d'une duréedurée de 2 secondes. Un deuxième test de fonctionnement, de 20 secondes, est prévu le 14 septembre.

Cette sonde a pour objectif de percer les mystères de la circulation atmosphériquecirculation atmosphérique de Vénus. Elle doit également utiliser l'ombre de la planète pour observer éclairséclairs et foudroiements. Des occultationsoccultations radio doivent permettre d'observer les profils verticaux de la température, la quantité d'acide sulfuriqueacide sulfurique dans la haute atmosphèreatmosphère ainsi que la quantité d'électronsélectrons libres dans l'ionosphèreionosphère.