Sciences

Venus Express lève le voile sur notre planète voisine

ActualitéClassé sous :Univers , Vénus , Les planètes

Venus Express, la sonde spatiale de l'Agence Spatiale Européenne (Esa) lancée en 2005, a récemment envoyé des images de notre voisine la plus proche, Vénus. Ces données obtenues en infrarouge permettent de mieux comprendre la géologie de la planète.

Note : les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Ces clichés ont été pris par la caméra Venus Monitoring Camera (VMC), développée et construite par l'Institut Max Planck de recherche sur le système solaire en collaboration avec le Centre allemand pour la recherche aéronautique et spatiale DLR à Berlin. Cette caméra mesure le rayonnement infrarouge de la surface de la planète (près de 450 °C) en traversant une couche de nuages épais de 25 kilomètres.

Plus de 1.000 images permettent de reconnaître les zones Beta Regio et Phoebe Regio, déjà découvertes dans les années 1970 par des sondes américaines et russes. Des couleurs indiquent des différences d'altitude d'environ 5 km pour une amplitude de températures de 40 °C. "La résolution des images est très limitée en raison de l'épaisseur de l'atmosphère de Vénus" commente Dr. Wojciech J. Markiewicz, de l'Institut Max Plack pour la recherche solaire, garant de la caméra VMC. Mais elle permet d'obtenir depuis l'orbite un certain nombre d'informations sur la surface de la planète. La mosaïque obtenue rend compte de la composition minéralogique et de la topologie de la zone volcanique qui date d'environ 700 millions d'années.

La planète Vénus vu par la caméra Venus Monitoring Camera.

La taille et la masse de la planète Vénus sont proches de celles de la Terre. Cependant son atmosphère est constituée d'un mélange de gaz hostile au développement de la vie. Venus Express, qui a atteint la planète le 11 avril 2006, va effectuer une analyse de cette atmosphère, avec une précision encore jamais atteinte ces vingt dernières années.

Par Nadia Heshmati

Cela vous intéressera aussi