Sciences

La tempête solaire aveugle la sonde spatiale Venus Express

ActualitéClassé sous :Astronautique , Astronomie , tempête solaire

-

Venue de l'énorme tache solaire AR 1429, le flux de particules chargées a atteint Vénus avant de toucher la Terre et a perturbé la sonde Venus Express durant quelque temps.

La sonde Venus Express à son poste au-dessus de Vénus. © Esa

Avant le GPS et les télécommunications, les Hommes n'étaient concernés par les tempêtes solaires que par la possibilité de contempler les aurores polaires. Aujourd'hui, les désagréments dus à une tempête solaire et une éjection de masse coronale, ou CME, qui projette dans l'espace une nuée de protons et autres particules chargées, s'étendent à l'espace.

L'énorme éruption issue de la tache solaire AR 1429, qui s'est produite le 7 mars vers 0 h 30 TU (une heure de plus en heure française), a atteint une puissance exceptionnelle, de classe X-5. Les particules ont touché la banlieue terrestre à partir du jeudi 8 mars. Les satellites en orbite de la Terre peuvent être affectés, explique l'Esa. Ils sont prévus pour résister aux radiations et devraient tenir le choc, même si cette tempête est de grande ampleur. Par ailleurs, comme nous l'explique un spécialiste, les opérateurs de satellites commerciaux restent en général discrets sur les petits pépins que peuvent connaître leurs engins.

La tempête solaire de niveau X-5 observée par le coronographe de Soho, durant les premières heures du 7 mars 2012. Le Soleil est caché, au centre, par un disque. © Esa/Nasa/Soho

Le Soleil ne se calmera pas tout de suite

En revanche, l'Esa rapporte un problème survenu sur la sonde Venus Express, en orbite autour de la deuxième planète du Système solaire depuis avril 2006. Le 8 mars à 1 h 41 TU, son système de suivi des étoiles, le « startracker », est devenu inopérant, le capteur ayant été aveuglé par ce flot de particules chargé. Cet appareil optique, une caméra, surveille en permanence un champ de la voûte céleste pour déterminer les changements d'orientation de la sonde. C'est un instrument de pilotage, classique sur les satellites, y compris terrestres.

« L'équipe de contrôle de la mission a mis le startracker hors service » explique Octavio Camino, responsable des opérations de la mission Venus Express. Pendant cette période, l'attitude (la position dans l'espace) du vaisseau a été maintenue grâce aux gyroscopes, un peu à la manière du pilotage aux instruments quand un avion entre dans un nuage et que la vue du sol est perdue.

Selon Alexi Glover, une spécialiste de l'Esa pour les questions de météo solaire (une discipline aujourd'hui reconnue), l'activité actuelle dans le Soleil provient « d'une région dont la configuration magnétique est complexe et qui est désormais proche du centre du disque solaire ». Selon elle, c'est la promesse d'événements plus violents encore dans les jours à venir...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi