La sonde japonaise Akatsuki aurait dû atteindre Vénus en 2010 mais un mauvais fonctionnement du système de propulsion lui fit manquer son objectif. Elle ne s'est pas perdue pour autant. Placée sur une autre trajectoire, elle arrive enfin à destination et devrait pouvoir étudier la planète pendant au moins deux ans.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Venus Express : les découvertes faites par la sonde Lancée en 2005, la sonde Venus Express a passé près de 8 ans en orbite autour de Venus. De nombreuses découvertes sur la planète ont été faites durant cette période. Le Cnes revient en vidéo sur ces avancées.

Tout vient à point à qui sait attendre. Akatsuki vient d'arriver autour de VénusVénus après un périple autour du SoleilSoleil de 5 ans. Cette sonde de l'Agence japonaise d'exploration spatiale, la Jaxa, avait décollé en mai 2010 depuis la base de Tanegashima (sud du Japon) et aurait dû arriver autour de la planète le 7 décembre 2010 ! Ce rendez-vous manqué est dû au mauvais fonctionnement du système de propulsion qui n'avait pas suffisamment ralenti la sonde. En effet, alors qu'elle aurait dû se placer sur une orbiteorbite elliptique autour de Vénus avec un périapside de 300 kilomètres et un apoapside de pratiquement 80.000 kilomètres (les points respectivement le plus proche et le plus éloigné de la planète). Mais la sonde s'est finalement s'est trouvée sur une orbite... autour du Soleil.

Mieux vaut donc tard que jamais. Akatsuki se trouve aujourd'hui sur une orbite elliptique qui devrait lui permettre d'observer et étudier la planète pendant au moins deux ans. Si les objectifs scientifiques sont les mêmes, le programme pour y parvenir est quant à lui complètement bouleversé.

Vue d'artiste de la surface de Vénus. © Esa

Vue d'artiste de la surface de Vénus. © Esa

Pas de tandem possible avec Venus Express

À l'aide de cinq caméras, fonctionnant dans autant de longueurs d'ondelongueurs d'onde, et d'un instrument radioradio, Akatsuki a comme principal objectif de percer les mystères du mécanisme gérant la circulation atmosphériquecirculation atmosphérique. Elle devrait également utiliser l'ombre de Vénus pour observer éclairséclairs et foudroiements. Des occultationsoccultations radio devraient permettre d'observer les profils verticaux de la température, la quantité d'acide sulfuriqueacide sulfurique dans la haute atmosphère de Vénus ainsi que la quantité d'électronsélectrons libres dans l'ionosphèreionosphère.

Des observations devaient être conduites en tandem avec Venus Express, la sonde de l'Agence spatiale européenneAgence spatiale européenne (Esa), mais il est trop tard : Venus ExpressVenus Express, qui tournait autour de la planète depuis 2006, a terminé sa mission en décembre 2014. Un des grands intérêts de la mission japonaise était justement sa complémentarité dans de nombreux domaines avec Venus Express - par exemple, les informations acquises par la mission de l'Esa sur les profils verticaux des nuagesnuages et des constituants mineurs étaient indispensables pour l'interprétation correcte des images d'Akatsuki.

Les scientifiques avaient là une occasion unique d'observer différents paramètres, simultanément pour certains, avec deux satellites qui auraient dû évoluer sur des orbites distinctes. Ils devront s'en passer...