Alors que l’Esa et la Nasa se sont mises d’accord sur le développement du module de service de l’Orion-MPCV, la Nasa prépare une capsule Orion pour un premier vol d’essai inhabité. Cette mission a pour objectif principal de s'assurer du bon comportement de la capsule lors de sa rentrée atmosphérique.
Cela vous intéressera aussi

La NasaNasa a planifié un vol d'essai de la capsule Orion en septembre 2014. Baptisé Exploration Flight Test-1, ce premier vol sera réalisé depuis la base de Cap CanaveralCap Canaveral, d'où la capsule Orion sera lancée par un lanceur Delta IVDelta IV. Elle effectuera deux rotations autour de la TerreTerre avec un apogéeapogée très élevé avant de procéder à un retour dans l'atmosphèreatmosphère terrestre à grande vitessevitesse. Elle se posera sur l'océan, freinée par des parachutesparachutes.

L'objectif principal de ce vol est de tester le bouclier thermique d'Orion. Conçu pour protéger l'engin et son équipage contre les températures extrêmes de la rentrée atmosphérique, il sera installé à la base de la capsule de retour et la protégera de l'échauffement lors de son entrée dans l'atmosphère terrestre avant le déploiement des trois parachutes.


Essai des parachutes d'Orion en Arizona, au-dessus de sites de l’armée américaine à Yuma. La capsule a été larguée depuis une altitude de 7,5 km. Avant de déployer ses trois parachutes principaux, entre 6 et 4,5 km d’altitude, l’engin s’est correctement stabilisé. © Nasa, YouTube

Attacher le bouclier thermique d'Orion avec 3.000 boulons

Le modèle de vol du bouclier thermique est en cours d'assemblage. La structure en titanetitane du bouclier va être boulonnée à son revêtement en fibre de carbonefibre de carbone à l'aide de pas moins de 3.000 boulons ! Il sera ensuite recouvert d'un matériaumatériau ablatif (Avcoat ablator, un matériau qui perd de la matièrematière à mesure qu'il brûle lors de la rentrée) à peu près similaire à celui utilisé sur les capsules ApolloApollo. Si tout se passe bien, le bouclier thermique sera installé sur le module Orion l'été prochain.

Ce bouclier pourra servir lors des retours de missions à bord de la Station (rentrée à une vitesse de 27.000 km/h) ou sur la LuneLune (rentrée à une vitesse de 40.000 km/h). Le plongeon dans l'atmosphère d'un véhicule revenant de la Lune génère ainsi une chaleurchaleur cinq fois plus importante qu'après un séjour en orbiteorbite basse.

Le <em>Marshall Space Flight Center</em> (MSFC) de la Nasa prend livraison de l’adaptateur d’Orion, ces deux anneaux métalliques qui serviront d'interface avec le lanceur. © Nasa, MSFC

Le Marshall Space Flight Center (MSFC) de la Nasa prend livraison de l’adaptateur d’Orion, ces deux anneaux métalliques qui serviront d'interface avec le lanceur. © Nasa, MSFC

Pour tester ce bouclier thermique lors de la rentrée atmosphérique d'Orion, la capsule sera lancée à près de 6.000 km au-dessus de la Terre. C'est 15 fois plus loin que la position de la Station spatiale internationale. C'est également bien plus loin que n'importe quel vaisseau conçu pour transporter des humains depuis les missions Apollo.

L'engin sera lancé par une Delta IV de l'United Launch Alliance. Ce vol servira aussi à tester l'adaptateur, qui assure l'interface avec la fusée et qui sera utilisé sur le futur lanceur lourd de la Nasa. Il se présente sous la forme de deux anneaux : un premier qui s'attache à l'étage supérieur du lanceurlanceur, et un second qui se fixe sur la capsule Orion.