Curiosity s’apprête à forer le sol de Mars pour la troisième fois. Située à Kimberley, à mi-chemin entre le point d’arrivée du rover et les pentes du mont Sharp, la dalle de roche surnommée Windjana est différente des deux premières étudiées plusieurs mois auparavant dans la baie de Yellowknife, un ancien lac. Les scientifiques de la mission souhaitent comprendre « la chimie des fluides qui a collé ces grains (de silices) ensemble pour former la roche » constituée de grès.
Cela vous intéressera aussi

Arrivé à Kimberley début avril, Curiosity s'apprête à présent à opérer un nouveau forage dans la roche de ce site repéré depuis l'espace par la sonde spatiale Mars Reconnaissance Orbiter. Localisé au carrefour de terrains présentant des caractéristiques géologiques multiples, le site est une étape importante dans la mission de Mars Science Laboratory (MSL) qui le conduira, à terme, sur les premiers contrefortscontreforts du mont Sharp (ou Aeolis Mons), point culminant de la région avec 5,5 km d'altitude.

Aussi, après enquête de terrain et moult délibérations, l'équipe scientifique s'est prononcée pour l'étude d'une dalle de grèsgrès qu'ils ont d'ores et déjà baptisée Windjana, en référence aux gorges du nord-ouest de l'Australie, situées précisément dans la région de Kimberley (à cet égard, c'est aussi dans cette partie du monde que les géologuesgéologues étudient quelques-unes des plus anciennes roches terrestres). Il s'agit du troisième forage entrepris par Curiosity depuis son débarquement dans le cratère Gale (155 km de diamètre), le 6 août 2012, soit plus de 600 jours martiens (sol) en arrière.

La caméra Mahli (<em>Mars Hand Lens Imager</em>) de Curiosity a photographié la surface de Windjana, dépoussiérée par une brosse, le 26 avril (sol 612). Un forage par le rover y est prévu. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

La caméra Mahli (Mars Hand Lens Imager) de Curiosity a photographié la surface de Windjana, dépoussiérée par une brosse, le 26 avril (sol 612). Un forage par le rover y est prévu. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

En apprendre plus sur la formation des paysages du cratère Gale

Cette fois, plutôt que de creuser les dépôts d'argilesargiles tapissant le fond d'un lac asséché depuis plusieurs milliards d'années -- un milieu, par ailleurs, qui a été jugé favorable au développement de formes de vie par le passé --, les chercheurs s'intéressent aux formations de grès présentes dans cette région. « Nous voulons en apprendre plus sur le processus d'humidité qui a transformé les dépôts de sablesable en grès », explique le responsable du projet à l'Institut de technologie de Californie (Caltech), John Grotzinger. « Quelle était la composition des fluides qui ont lié ces grains ensemble? Cette chimiechimie aqueuse est une partie de l'histoire de l'habitabilité sur laquelle nous enquêtons. » Cette étude pourrait également éclairer les chercheurs sur la constructionconstruction des paysages dans le cratère où sont observées diverses mesas (des buttes à sommet plat et aux versants abrupts), notamment pour la montagne trônant au centre, édifice stratifiéstratifié.

Après avoir ôté avec une brosse prévue à cet effet la fine pellicule de poussière qui recouvre Windjana, une première approche a été effectuée avec l'instrument APXS (Alpha Particle X-Ray Spectrometer), ainsi qu'un miniforage par précaution. En effet, avant d'en réaliser un plus profond, les scientifiques souhaitent s'assurer du bon choix de la cible pour les échantillons à étudier in situ. Au cours des prochains jours, la roche prélevée devrait être introduite dans le petit laboratoire embarqué, puis soumis à l'analyse chimique et minéralogique.

Image composite et annotée d’une partie du ciel nocturne photographié par la caméra du mât (MastCam) de Curiosity. Sur le cliché principal pris avec un temps de pose de 12 secondes, on distingue les traînées de trois étoiles (<em>stars</em>) ainsi que celles de Vesta et Cérès, gros astéroïdes de la ceinture principale. C’est la première fois que de semblables corps rocheux sont photographiés depuis le sol martien. Les quatre autres photos furent enregistrées au cours de la même soirée avec un temps de 0,5 seconde. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS, <em>Texas A&amp;M</em>

Image composite et annotée d’une partie du ciel nocturne photographié par la caméra du mât (MastCam) de Curiosity. Sur le cliché principal pris avec un temps de pose de 12 secondes, on distingue les traînées de trois étoiles (stars) ainsi que celles de Vesta et Cérès, gros astéroïdes de la ceinture principale. C’est la première fois que de semblables corps rocheux sont photographiés depuis le sol martien. Les quatre autres photos furent enregistrées au cours de la même soirée avec un temps de 0,5 seconde. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS, Texas A&M

Premiers astéroïdes photographiés depuis Mars par Curiosity

Il n'y a pas que le jour que Curiosity travaille. Depuis la surface de Mars, il arrive souvent que le roverrover mène des opérations de nuit, afin d'étudier notamment l'atmosphèreatmosphère très ténue et ses changements météorologiques au fil des saisonssaisons. Au début de la soirée du 20 avril (sol 606), par temps clair, la caméra du mât (MastCam) a photographié une partie du ciel où brillaient CérèsCérès (950 km de diamètre) et VestaVesta (530 km), les deux plus gros corps de la ceinture d'astéroïdesceinture d'astéroïdes. Plus proche de la Planète rouge que de la TerreTerre, celle-ci s'étend entre 2 et 3,2 unités astronomiquesunités astronomiques du SoleilSoleil (Mars est à 1,5 UA). Les deux luneslunes, Phobos (27 km) et Deimos (15 km), en sont probablement originaires.

Limitée à une magnitudemagnitude 6 ou 7, l'image ci-dessus réalisée avec un temps de pose de 12 secondes reflète assez bien ce que l'œilœil humain pourrait distinguer sur place, nonobstant le bruit de fond du capteurcapteur. Sur d'autres clichés, pris un peu plus tard avec un temps de pose d'une demi-seconde dans chaque cas, on aperçoit les deux planètes géantesplanètes géantes Jupiter et SaturneSaturne, de même que les deux minuscules satellites naturels de Mars.