Avec son système de lancement, SpaceX fait le pari d'un accès fiable et économique à l'espace. Une aubaine pour la Nasa qui peut se concentrer sur le développement d'un lanceur lourd et d'une capsule habitée pour l'exploration. © Nasa

Sciences

ISS : première mission commerciale pour SpaceX

ActualitéClassé sous :Astronautique , SpaceX , Nasa

Le premier vol commercial de SpaceX à destination de la Station spatiale internationale est prévu le 7 octobre. La Nasa a donné son feu vert au lancement de la capsule Dragon qui transportera environ une demi-tonne de matériel et d'expériences scientifiques.

Six mois après le succès de la mission de démonstration SpxD à destination de la Station spatiale internationale, SpaceX s'apprête à réaliser sa première des douze missions commerciales dans le cadre du programme CRS (Commercial Resupply Services) à réaliser dans les quatre prochaines années.

Le lancement depuis le site de lancement de SpaceX à Cap Canaveral est prévu le 7 octobre avec une possibilité de report de 24 heures. L'amarrage à la Station devrait se faire le 10 octobre à l'aide du bras robotique Canadarm qui attrapera la capsule afin de l'amarrer au nœud de jonction Harmony. Le retour sur Terre est programmé à la fin du mois d'octobre.

Le lanceur Falcon-9 sur son pas de tir quelques jours avant son lancement à destination de l'ISS pour sa mission de démonstration (SpxD, mai 2012). © SpaceX

Des expériences scientifiques pour la capsule Dragon

Pour cette mission, la capsule Dragon embarque une demi-tonne de fret dont le matériel nécessaire à 166 expériences que doit réaliser l'équipage 33 de la Station. Au retour, Dragon redescendra sur Terre 330 kg de matériel scientifique et quelque 220 kg de fret. À la différence des cargos spatiaux des différents partenaires de l'ISS, seule la capsule Dragon est récupérée.

Parmi les expériences embarquées par Dragon, une examinera les effets de la microgravité sur Candida albicans, une levure responsable d'infections fongiques chez l'Homme. Une autre évaluera comment la microgravité affecte la croissance des parois cellulaires dans une plante. Environ la moitié de l'énergie dépensée par les plantes terrestres est consacrée à ce support destiné à vaincre la gravité. Comprendre le fonctionnement des gènes qui contrôlent cette dépense d'énergie en microgravité pourrait avoir des implications pour de futures plantes génétiquement modifiées.

Cela vous intéressera aussi