Sciences

L’ISS n’est plus qu’à 6 heures de vol avec le prochain Soyouz

ActualitéClassé sous :Astronautique , Espace , vol habité

Dorénavant, les capsules Soyouz lancées à destination de la Station spatiale internationale pourraient rejoindre le complexe orbital en six heures, contre près de deux jours habituellement. Explications.

Les trois membres d'Expedition 34-35 en route vers l'ISS, à bord de la capsule Soyouz TMA-07, en décembre 2012. © Nasa

Le prochain lancement d'un équipage à destination de la Station spatiale internationale est prévu le 28 mars. Trois astronautes, deux Russes et un Américain, prendront alors place à bord de la capsule Soyouz TMA-08 pour un voyage qui durera moins longtemps que d'habitude. En effet, l'engin spatial ne devrait prendre que six heures pour rejoindre l'ISS, et non deux jours comme c'est le cas ordinairement (notamment avec Soyouz TMA-07, en décembre dernier).

Cette approche rapide n'a été décidée qu'après une procédure de qualification réalisée avec succès, lors du vol d'un cargo Progress à destination de l'ISS au mois d'août dernier. Concrètement, le lancement du Soyouz TMA-08 est prévu à 20 h 43 TU, pour un amarrage planifié à 2 h 31 TU. La capsule aura alors réalisé quatre orbites autour de la Terre.

À l'avenir, les astronautes en partance pour l'ISS devront s'habituer à rester dans cette position pendant dix heures s'ils souhaitent rejoindre le complexe orbital en moins de deux jours. © Nasa

Aucune modification n'a été apportée au véhicule spatial. Seules sont adaptées les procédures au sol, en raison du fait que les préparatifs d'amarrage à l'ISS, généralement étalés sur deux jours, doivent être effectués en moins de six heures.

La Nasa circonspecte sur le Soyouz rapide

Si les partenaires de la Station spatiale ont approuvé cette approche rapide pour ce lancement du 28 mars, la décision d'appliquer cette procédure à tous les futurs vols de Soyouz n'est cependant pas encore prise. Bien que la Russie le veuille, la Nasa souhaite se donner un délai de réflexion avant de donner sa réponse.

L'agence spatiale américaine a soulevé des inquiétudes sur le confort des astronautes. Ils sont en effet obligés de rester sanglés sur leur siège pendant une dizaine d'heures, de sorte que pendant le vol, ils ne peuvent pas se dégourdir les muscles ou se rendre dans le module habitable de la capsule pour s'alimenter ou aller aux toilettes si nécessaire. La Nasa a également souligné la difficulté technique de tracer le plan de vol pour un lancement et un amarrage le même jour.

Cela vous intéressera aussi