Sciences

L'explosion d'un lanceur génère des débris spatiaux menaçants pour l'ISS

ActualitéClassé sous :Astronautique , débris , débris spatiaux

L'étage supérieur Breeze M du lanceur Proton qui avait raté sa mission début août vient d'exploser dans l'espace, formant un nuage de plusieurs centaines de débris ! Il dérive à l'intérieur d'une bande orbitale dans laquelle évolue la Station spatiale et des satellites. À l'heure actuelle, il n'y a pas de risque de collision, mais cela pourrait ne pas durer.

Depuis la destruction volontaire par la Chine d'un de ses satellites météorologiques en 2007 et la collision accidentelle de satellites de télécommunication américain et russe en 2009, les manœuvres d’évitements de débris sont devenues fréquentes pour la Station spatiale. Ce n’est pas la formation d’un nouveau nuage de plusieurs centaines de débris qui va arranger la situation... © Nasa

Le 6 août dernier, un Proton d'International Launch Services ratait sa mission. Un dysfonctionnement de l'étage supérieur empêchait la mise en orbite des deux satellites de télécommunications qu'il transportait, Telkom-3 et Express-MD-2, lesquels ont été déclarés perdus.

L'histoire ne s'est pas arrêtée là : le 16 octobre, l'étage Breeze M a explosé dans l'espace. La dispersion des débris qui s'en est suivie a formé un nuage qui évolue désormais à l'intérieur d'une bande orbitale dans laquelle se trouve la Station spatiale internationale mais également des satellites militaires et scientifiques.

L'étage supérieur Breeze-M incriminé dans l'échec du dernier lancement d'un Proton. En 2007 et 2010, deux étages Breeze avaient explosé dans l’espace, comme ce 16 octobre 2012. © Khrunichev

Les débris spatiaux sont une vraie menace pour l'ISS

Actuellement, ce nuage de débris est suivi par le service du commandement stratégique des États-Unis en charge de la surveillance des débris spatiaux. La Nasa se veut néanmoins rassurante. Consciente du problème, elle tient à préciser que bien qu'il croise l'orbite de l'ISS, ce n'est pas pour autant qu'il se dirige dessus. En Russie, un responsable du Centre de contrôle des vols affirmait à l'agence de presse Ria Novosti que ce nuage de morceaux de métaux ne faisait courir aucun risque à la Station spatiale internationale. Cela dit, ces nouveaux débris seront bientôt intégrés dans la base de données à partir de laquelle les manœuvres anticollision de l'ISS sont calculées.

Les débris spatiaux sont une réelle menace pour la Station (et ses occupants) qui évolue à environ 410 km d'altitude. Même si la taille du débris est petite, les dommages qu'il peut provoquer en cas de collision peuvent être importants, du fait des vitesses relatives élevées des objets en orbite terrestre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi