Le véhicule Orion de la Nasa qui sera utilisé pour des voyages à destination de la Lune, voire Mars. © Nasa

Sciences

Vol habité : que faire des ordures ménagères dans l'espace ?

ActualitéClassé sous :exploration , vols habités , Nasa

Sur Terre, chez vous, quand vos poubelles sont pleines, vous les sortez dehors ou les videz dans des containers prévus à cet effet. À bord de la Station spatiale internationale, les astronautes les chargent dans les capsules qui les redescendent sur Terre. Mais demain, quand les astronautes s'envoleront à destination de Mars ou d'un astéroïde, comment seront gérées les ordures ménagères qui s'accumuleront jour après jour. La Nasa y réfléchit sérieusement et envisage des systèmes pour les recycler et les rendre inoffensives pour les astronautes. 

À bord des futurs véhicules spatiaux à destination des mondes éloignés de la Terre, comme Mars ou des astéroïdes, la gestion des ordures ménagères et des déchets alimentaires produits par l'équipage préoccupe la Nasa.

Si les tonnes de déchets produits chaque année à bord de la Station spatiale internationale sont redescendues sur Terre ou brûlées dans l'atmosphère terrestre, lors de ces voyages lointains, il ne sera évidemment pas possible de rapporter sur Terre ceux produits pas les astronautes en voyage vers Mars. À première vue, on pourrait penser que les jeter dans l'espace règlerait le problème mais, il en est rien. D'abord d'un point de vue éthique, la Nasa s'y refuse. À cela s'ajoute qu'installer un mécanisme pour les éjecter dans l'espace revient à créer un point faible dans la carlingue du véhicule spatial qu'il faudra surveiller (pression, étanchéité...).

Utiliser ces déchets et ordures ménagères à bon escient  

Il faut savoir que le stockage de ces déchets et ordures ménagères pose de nombreux problèmes. D'abord, le volume occupé sera chaque jour plus important. D'autre part, les effluves et les rejets sont susceptibles de provoquer des problèmes de santé et sont propices au développement de bactéries. Dans un environnement aussi confiné qu'un véhicule spatial, où chaque centimètre carré est compté, le risque pour la santé des astronautes est bien réel.

Attendre que l'équipage atteigne sa destination finale pour s'en débarrasser n'est évidemment pas une bonne solution. La Nasa souhaite donc valoriser ces déchets et les rendre aussi moins gênants que possible pour les équipages. À cette fin, elle se tourne vers le secteur privé et ses partenaires institutionnels traditionnels pour développer des systèmes de compactage et de recyclage

D'ores et déjà, plusieurs idées sont à l'étude. Elles ont pour but, soit de :

  • compacter ces déchets sous une forme appropriée pour un stockage efficace à long terme ;
  • les rendre inoffensifs en réduisant ou éliminant le risque d'activité biologique ;
  • les stabiliser physiquement, géométriquement et biologiquement ;
  • gérer les effluents gazeux, aqueux et les particules.

On citera aussi en exemple deux systèmes à l'étude. Un pour récupérer l'eau résiduelle de ces déchets et ordures ménagères. Cette eau ne sera pas consommée mais utilisée dans un bouclier qui servira à protéger le véhicule et ses occupants des rayonnements ionisants. Le second est une petite unité in situ capable de produire du méthane à partir de ces déchets et ordures pour fabriquer des propergols.

  • Les ordures ménagères et les déchets que produisent les astronautes préoccupent la Nasa.
  • Lors des expéditions lointaines, les astronautes devront apprendre à vivre avec.
  • Dans les endroits confinés que sont les véhicules spatiaux, où chaque centimètre carré compte, ces ordures et déchets poseront des problèmes de place et de santé.
  • La Nasa souhaite les réutiliser et les rendre inoffensifs.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi