Sciences

Défaillance d'un canal de transmission de Hubble

ActualitéClassé sous :Astronautique , Hubble , télescope spatial

L'instrument le plus fréquemment utilisé à bord du télescope spatial Hubble, l'ACS (Advanced Camera for Surveys), a partiellement cessé de fonctionner pour une raison indéterminée. Les responsables de la mission étudient actuellement le problème, mais se déclarent optimistes.

Le télescope spatial Hubble (Mission de maintenance STS109 – mars 2002)

L'ACS dispose de trois canaux, qui correspondent à trois systèmes de prises de vues différents. Le problème semble confiné au HRC (High Resolution Channel) celui qui transmet les données en haute résolution, mais est employé dans seulement environ 10% de la somme des observations de l'instrument, soit les observations détaillées des planètes et d'autres objets de notre système solaire.

Il autorise une résolution deux fois supérieure à celle du WFC (Wide Field Channel) qui est le canal le plus fréquemment utilisé de l'instrument et transmet les données d'images à large champ. Celui-ci a notamment été mis à contribution pour repérer les premières galaxies du très jeune univers.

L'ordinateur embarqué de Hubble a provoqué automatiquement l'arrêt de l'ACS le samedi 23 septembre à 15h21 TU, lorsqu'il a détecté une défaillance de l'alimentation électrique de l'instrument, celle-ci ayant chuté de 35 volts à zéro. Le problème s'était déjà produit en juin dernier, mais avait été résolu par la mise en service d'une alimentation de secours.

La cause semble cependant cette fois totalement différente, suivant Preston Burch, directeur de la mission Hubble au centre de vol spatial Goddard de la NASA, à Greenbelt (Maryland, USA). Selon lui, la source d'énergie semble fonctionner correctement, mais la défaillance semble provenir de l'électronique du HRC.

Burch ajoute que seul le canal de transmission des données connaît un dysfonctionnement, alors que la caméra elle-même reste entièrement opérationnelle. Le problème a été provisoirement résolu en réduisant le champ de prise de vues, donc le volume d'informations à transmettre, avec pour contrainte de devoir prendre plus d'images pour couvrir une superficie identique du ciel.

Les ingénieurs marquent leur optimisme pour un retour à une situation normale avant la fin de la semaine, et signalent que la totalité des autres instruments du télescope spatial fonctionnent de manière optimale.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi