Sciences

En bref : les ambitions spatiales de l'Inde vont jusqu'à Mars

ActualitéClassé sous :Astronautique , Exploration robotique , mars

Si le budget global du gouvernement indien impose une certaine austérité, celui de son agence spatiale (Isro) est en hausse et les objectifs sont ambitieux avec, notamment, l'exploration de l'atmosphère martienne et des vols habités...

Avec le lancement en 2013 d'une sonde à destination de Mars, l'Inde, en compétition perpétuelle avec la Chine, a l'occasion d'arriver avant elle autour de la Planète rouge. À l'image, le grand canyon Valles Marineris. © orbitmars.futura-sciences.com/Nasa/JPL

Au lendemain de la présentation du budget 2012-2013 du gouvernement indien qui prévoit un déficit budgétaire ramené de 5,9 % à 5,1 % du PIB, tous les secteurs d'activité ne sont pas logés à la même enseigne. Avec une hausse de l'enveloppe de l'Isro, passant de 671 millions d'euros à plus d'1 milliard d'euros, l'espace reste une priorité forte.

Ce budget donne son feu vert au lancement d'une sonde à destination de Mars dès la fenêtre de tir de 2013. Cette sonde, dont le nom n'est pas connu, emportera une charge utile de 25 kilogrammes et se placera sur une orbite très elliptique atour de la Planète rouge (500 à 80.000 kilomètres). Elle aura pour objectif d'étudier l'atmosphère martienne à l'aide d'un certain nombre d'instruments scientifiques dont le choix est en cours parmi la dizaine à l'étude. Le lanceur, dont le tir est prévu en novembre 2013, sera un PSLV-XL, une version de PSLV utilisée pour le lancement de la mission Chandrayaan-1 vers la Lune en octobre 2008. À l'origine, cette mission martienne aurait dû être lancée par un lanceur GSLV. Mais en raison de ses deux échecs survenus en 2010 et d'un retour en vol cette année, les responsables de la mission ont jugé le risque trop grand et préféré réduire la masse de la mission.

L'Inde, qui accorde une grande priorité dans l'acquisition de technologies spatiales pour garantir son autonomie et son indépendance d'accès à l'espace, renforce ses programmes sur ce point et sur les vols habités. La gamme de ses lanceurs est appelée à s'étoffer avec le développement d'un certain nombre de nouvelles technologies et d'éléments comme un étage cryogénique, des boosters ou encore des moteurs d'appoint. Enfin, d'autres projets font l'objet d'une attention particulière, comme l'observation de la Terre, le déploiement d'un système de navigation (type GPS ou Galileo) ou encore la mission lunaire Chandrayaan-2, dont le lancement est prévu en 2014 ou 2015.

Cela vous intéressera aussi