Sciences

Ariane 4 met sur orbite SPOT-5 et Idefix

ActualitéClassé sous :Astronautique

-

Dans la nuit du 3 au 4 mai 2002, la fusée européenne Ariane-4 a mis sur orbite le satellite d'observation de la Terre SPOT-5 et Idefix, une expérience à caratère technologique, menée par et au profit de radio-amateurs.

La fusée a décollé sans retard du port spatial de l'Europe, le centre Spatial guyanais de Kourou, a 03h31min et 46 secondes (heure de Paris).

C'est le 70ème succès consécutif d'Ariane et le 151ème vol d'Arianespace, la société qui est chargée de commercialiser les vols d'Ariane.

Dans un an, Ariane-4 devra être totalement remplacée par la fusée lourde européenne Ariane 5.

Le satellite Spot 5

Réalisé sous maîtrise d'oeuvre Astrium, filiale de l'européen EADS (75%) et du britannique BAE Systems (25%), SPOT 5 est un satellite de 3 tonnes au lancement dont la durée de vie nominale est de 5 ans.

Le dernier-né de la filière française des satellites d'observation de la Terre SPOT devra assurer la continuité des données SPOT. Les quatre premiers satellites SPOT ont été mis en orbite par Arianespace en 1986, 1990, 1993 et

Comme SPOT 4, SPOT 5 doit embarquer à son bord deux instruments d'observation - Végétation et Doris - ayant notamment pour mission de suivre l'évolution de la couverture végétale terrestre.

Les évolutions du programme SPOT, opérationnel depuis 1986, sont définies par le CNES en respectant deux principes fondamentaux

  • assurer la continuité du service auprès des utilisateurs
  • améliorer la qualité des données et des services en anticipant l'évolution des besoins des divers utilisateurs (cartographes, agriculteurs, forestiers, géologues,).

Ainsi SPOT 5 offrira une forte amélioration de la résolution tout en conservant la qualité radiométrique et la grande capacité opérationnelle des prédécesseurs de la famille.

Le satellite sera utilisé par le ministère de la Défense

La Délégation générale pour l'armement (DGA) a signé un accord avec le Centre national d'études spatiales (CNES) et Spot Image pour l'utilisation du satellite Spot 5.

L'accord, signé vendredi 26 avril, porte sur l'exploitation d'un capteur HRS (Haute résolution stéréoscopique), embarqué par le satellite Spot 5 et qui "permet de prendre quasi simultanément deux images d'une même zone de 120 sur 600 km sous des angles différents et de restituer le relief du terrain correspondant, sous une forme numérique, en trois dimensions".

La Défense française entend ainsi compléter par cet instrument civil les données obtenues par les moyens militaires d'observation satellitaire, notamment du système Hélios.

Celui-ci est un système d'observation spatiale de défense, permettant à la France d'observer en toute indépendance, en tous lieux, et sans craindre de violer l'espace aérien des pays observés.

La filière SPOT

Le programme opérationnel d'observation de la Terre SPOT (Satellite Pour l'Observation de la Terre) décidé en 1978, a été conçu par le CNES et réalisé par la France en coopération avec la Belgique et la Suède. Il est constitué d'une part, par une série de satellites et d'autre part, par des moyens terrestres de contrôle, de programmation, de réception et de production d'images.

La commercialisation des produits issus des données satellites est assurée, après traitement, par SPOT IMAGE, filiale du CNES.

SPOT 4, est doté d'une bande moyen-infrarouge complémentaire qui lui permet d'améliorer son pouvoir discriminant. Une charge utile "VEGETATION" développée en coopération avec la Commission de l'Union Européenne, la Belgique, la France et l'Italie, complète la mission initiale.

Le satellite Idefix

IDEFIX est une expérience à caratère technologique, menée par et au profit de radio-amateurs (AMSAT-FRANCE).

La charge utile reprend intégralement les éléments internes des SPOUTNIKS précédents et se compose :

  • d'un ensemble d'alimentation constitué de 12 piles Lithium-Thyonile,
  • d'une carte à microprocesseur avec 8 canaux de télémesures et messages numériques,
  • d'un système de lecture de messages vocaux pré-enregistrés d'une durée totale de 120 secondes ( 5 à 10 secondes par message ) ,
  • d'un émetteur sur 146 MHz d'une puissance de 120 mW max ou 436 MHz d'une puissance de 1,2 W.

La mise en service peut s'effectuer soit par fermeture d'un contact fourni par le Lanceur, soit par déclenchement d'un temporisateur redondant.

Au coffret décrit ci-dessus, s'ajoutent deux antennes de type monopôle montées sur l'ASAP et reliées au coffret par câble coaxial.

La durée de vie est comprise entre 25 et 60 jours.

Cette charge utile permettra ainsi de valider diverses technologies spécifiques qui seront bientôt utilisées par les radio-amateurs.


La chronologie du vol


(Heure de Paris)

Comme à l'accoutumée, vous avez pu suivre en direct le lancement d'Ariane-4 sur "FuturaLIVE!" en partenariat avec Space News.

03:31:46 Décollage
03:33:22 Largage des propulseurs d'appoints
03:35:00Extinction premier étage
03:35:05 Allumage 2ème étage
03:35:37 Largage de la coiffe
03:37:11 Extinction 2ème étage
03:37:14 Allumage 3ème étage
03:50:12 Extinction 3ème étage
03:50:49 SEPARATION SPOT 5
03:57:22 MISSION TERMINEE. MISSION ACCOMPLIE

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi