Près de quatre semaines que nous sommes confinés chez nous pour enrayer la pandémie de Covid-19. Et pour nous aider à trouver le temps moins long, la Cité de l’espace (Toulouse) met en ligne une série de missions destinées à nous faire découvrir la vie des astronautes enfermés à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] ISS : Thomas Pesquet explique sa future vie d'astronaute en orbite Écoutez l’entretien qu’a eu Thomas Pesquet, astronaute français de l’Agence spatiale européenne dans les locaux du Cnes, le 30 août 2016. Très instructif, il aborde avec pragmatisme de nombreux aspects de sa mission de six mois qu'il réalisera à bord du complexe orbital.

La Cité de l’espace, c'est un centre de culture scientifique, un parc à thème orienté vers la conquête spatiale. Située à deux pas du centre-ville de Toulouse, elle propose de nous promener sur la Lune, d'embarquer pour la station MIRMIR, d'admirer la fusée Ariane ou tout simplement de rêver, la tête dans les étoilesétoiles. Et à l'heure du confinement, elle met en ligne une série de missions pour vous mettre dans la peau d'un astronaute.

Aujourd’hui, nous vivons tous un peu comme un astronaute confiné à bord de la Station spatiale internationale (ISS). © Cité de l’espace
Aujourd’hui, nous vivons tous un peu comme un astronaute confiné à bord de la Station spatiale internationale (ISS). © Cité de l’espace

Parmi les missions proposées : grandir comme dans l'espace. Une activité qui permet d'expérimenter comment les astronautesastronautes grandissent de quelques centimètres dans l'espace. Tout simplement en se mesurant en famille. Debout puis couché. Mais comment est-ce possible ? La réponse est à découvrir ici.

De la nourriture spatiale au sport

Pour ceux qui aiment mettre leurs sens à l'épreuve, la mission 3 semble tout appropriée : découvrir le goût des aliments dans l'espace. Où l'on apprendra que les astronautes ont bien du mal à ressentir le goût de la nourriture à bord de l'ISS. Car les arômes peinent à passer de leur bouche à leur neznez.

Les repas des astronautes ne sont pas toujours des plus appétissants. © Cité de l’espace
Les repas des astronautes ne sont pas toujours des plus appétissants. © Cité de l’espace

Et après tout cela, un peu de sport ne fera pas de mal. Les astronautes font deux heures d'activités physiques par jour alors, pas question de rechigner. Même si les conditions de confinement sont difficiles. On peut toujours courir sur place en levant les genoux, pousser des packspacks de bouteilles d'eau ou faire du vélo à l'envers. Faire un peu de sport, c'est en effet essentiel pour garder la santé et continuer à bien dormir. Plus encore en cette période compliquée.