La version habitée du futur lanceur Starship de SpaceX. © SpaceX

Sciences

SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , SpaceX , starship

Le futur système de transport de SpaceX, le Starship, dont le développement a débuté de façon chaotique - deux prototypes de démonstrateur ont explosé - devrait être mis en service d'ici quelques années. En attendant, SpaceX vient de rendre public le guide d'utilisation du Starship, indispensable à tous ceux qui souhaitent confier une mission de transport spatial ou de lancement de satellites.

SpaceX a rendu publique une version allégée de son guide d'utilisation du Starship, dont le développement a débuté de façon chaotique. Ce futur système de transport réutilisable à tout faire doit, dès sa mise en service, remplacer dans des délais très courts, l'ensemble de la gamme actuelle de lanceurs et de systèmes de transport de fret et habité de SpaceX. C'est-à-dire le Falcon Heavy et le Falcon 9, utilisés pour le lancement de satellites, le ravitaillement de la Station spatiale internationale et la rotation des équipages. Pour rappel, « Starship » désigne le véhicule de transport spatial et l'étage supérieur du lanceur. L'étage principal, c'est-à-dire le booster nécessaire pour lancer Starship s'appelle « Super Heavy ».

Tel que présenté par SpaceX, Starship a été conçu pour transporter en orbite une très large variété de charges utiles de fort tonnage, mais aussi pour les envoyer sur la Lune ou sur Mars. Dans sa version habitée, Starship est le véhicule spatial que souhaite utiliser Elon Musk pour coloniser la planète Mars. Capable de transporter une centaine de personnes, il sera également utilisé pour des missions de transport à destination de la Lune et des liaisons terrestres de point à point en passant par l'espace.

Principe de fonctionnement de la coiffe du lanceur Starship, dans sa version transport de fret et de satellites. © SpaceX

Ce guide est un document indispensable à tous les clients potentiels et les utilisateurs du Starship car il permet de juger si ce lanceur, tel que présenté, répondra à leurs besoins. Il renseigne sur les capacités d'emport du lanceur en fonction des orbites visées et du type de mission souhaitée. Avec un diamètre de huit mètres et une longueur pouvant atteindre 22 mètres (dans une version étendue), la coiffe du Starship offre le plus grand volume de charges utiles de tous les lanceurs en service ou en développement. À titre de comparaison, la coiffe d'Ariane 6, dont le vol inaugural a été reporté à 2021, offrira un diamètre de 5,4 mètres et une longueur de 20 mètres.

Des missions inédites et jamais vues depuis l'époque des navettes spatiales

Ce Starship sera capable d'envoyer 100 tonnes en orbite basse, à 500 kilomètres d'altitude, et jusqu'à 21 tonnes en orbite de transfert géostationnaire. Des performances inédites pour un lanceur commercial ! Mais, dans un scénario qui reste encore à maîtriser et nécessite l'acquisition de technologies en cours de développement avec la Nasa, SpaceX annonce que le ravitaillement du Starship sera possible en orbite. Une capacité qui ouvre des perspectives inédites en matière de lancement d'infrastructures de plus de cent tonnes à destination de la Lune ou de Mars !

Concernant les vols habités, SpaceX prévoit des équipages de 100 personnes. Il détaille a minima la configuration et l'architecture interne du véhicule habité qui comprendra des cabines privées, de grandes zones communes, un stockage centralisé, des abris contre les radiations et une galerie d'observation.

Dans sa version transport de fret, le Starship de SpaceX sera capable de livrer plus de cent tonnes de matériel sur la Lune, dont des rovers. © SpaceX

Côté pratique, ce guide renseigne également, a minima, sur le confort des charges utiles embarquées sous la coiffe du lanceur. Il donne des informations chiffrées sur différents paramètres environnementaux et contraintes physiques attendues lors du décollage du lanceur et pendant toute la phase du vol atmosphérique. Il faut savoir que l'onde sonore produite par les moteurs sollicite la structure du lanceur au moment du décollage, entraînant des vibrations et des bruits transmis qui pourraient endommager les satellites embarqués dans la coiffe du lanceur. Des vibrations, d'origine aéro-acoustique, sont également possibles et sont susceptibles de perturber le fonctionnement des équipements du lanceur, voire endommager la charge utile. Tout un tas de contraintes, communes à tous les lanceurs, que les futurs clients de SpaceX devront prendre en compte.

Enfin, ce document n'inclut évidemment pas d'informations sur le prix des différentes missions du Starship et encore moins la date à laquelle les différents services de lancement seront opérationnels. En début d'année, SpaceX avait comme objectifs un vol en orbite dès l'année prochaine et un atterrissage sur la Lune en 2022 afin d'y déposer des modules habitables et l'infrastructure nécessaire aux astronautes qui s'y rendront en 2024.

En conclusion, et comme le souligne à juste titre Elon Musk, Starship permettra la réalisation d'activités spatiales qui n'ont plus été possibles depuis le retrait de la navette spatiale en juillet 2011 ou qui n'avaient jamais été possibles auparavant. Notez que si un client souhaite des capacités supplémentaires à ce qui a été annoncé ou conceptualiser de nouvelles idées, SpaceX est ouvert à la discussion.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !