Les graisses trans se trouvent notamment dans les plats frits. © beats_, Adobe Stock
Santé

Les graisses trans sont-elles dangereuses pour la santé ?

Question/RéponseClassé sous :Nutrition , acides gras trans , graisses trans

Vous connaissez les graisses saturées, insaturées, les graisses animales, végétales, d'autres encore qui se nomment oméga 3, oméga 6, mais il existe aussi les graisses trans ou acides gras trans (AGT) et le mot « Trans » ne signifie ni transformé ni transgénique mais qualifie une certaine une géométrie des molécules. Ces graisses sont accusées d'être nocives pour la santé ; elles sont bannies depuis 2003 en Finlande, et désormais interdites aux États-Unis.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 5/5 : excès ou absence de viande consommée sont-ils néfastes ?  Les régimes végétariens sont à la mode, mais quelles sont les conséquences de la suppression de la viande de l'alimentation ? Existe-t-il des risques? Nous avons posé la question à une nutritionniste, Béatrice de Reynal. 

De nombreux aliments sont pointés du doigt pour leur teneur excessive en gras et en sucres, tels que les bonbons et confiseries, les céréales du petit-déjeuner, barres chocolatées qui invitent au grignotage, la panification industrielle et autres produits de l'industrie agro-alimentaire qui, rappelons-le, constitue la première industrie du pays et réalisait, en 2017, un chiffre d'affaires de 180 milliards d'euros par an. La très puissante Association nationale des industries alimentaires (Ania) indique que son secteur a réalisé des progrès techniques pour réduire leur formation dans les aliments et que de nouvelles mesures ont été mises en œuvre pour les quantifier.

Les graisses trans existent en très petites quantités à l'état naturel (dans le lait, les produits laitiers, a viande de ruminants) mais, dans la majorité des cas, ces acides se trouvent dans les produits de l'industrie agro-alimentaire qui utilisent des procédés pour solidifier des matières grasses végétales, appelés hydrogénation partielle. Cela permet d'obtenir des matières grasses qui ne se liquéfient pas et des conservations plus longues.

Synthétisés, les acides gras trans sont associés à un risque de maladies cardiovasculaires. © Afssa, Atherosclerosis supplement (07-2006)

Faut-il bannir les graisses trans ?  

Les graisses trans se forment lors de l'hydrogénation d'huiles végétales, procédé technologique destiné à améliorer l'aspect des plats commercialisés. En 2005, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a indiqué qu'au-delà de 2 % de l'apport énergétique total d'acides gras trans, le risque de développer une maladie cardiovasculaire augmente, les acides gras favorisent le mauvais cholestérol au détriment du bon cholestérol.

L'Ania rappelle qu'en France, l'industrie alimentaire tente depuis plus de 15 ans de maîtriser le taux d'acides gras trans dans les aliments qu'elle produit. L'association explique que ces chiffres ont conduit les autorités publiques à encourager les industriels à limiter à moins de 1g/100g la teneur en acides gras trans de leur produits.

En France, rien n'oblige les fabricants à indiquer la teneur en acides gras trans mais les AGT peuvent apparaître sous le mot de « graisses partiellement hydrogénées ». L'Ania, puissant lobby, s'est opposée au logo nutritionnel 5 couleurs Nutri-score qu'elle juge simpliste, de même qu'elle s'est insurgée contre la taxation sur les produits alimentaires salés. Pour vérifier les efforts des industriels, l'Institut français pour la nutrition (IFN) a réalisé un bilan sur plus de 600 produits. Ce bilan a été transmis à la Direction générale de l'alimentation pour actualiser les chiffres de la consommation de ces graisses par les Français. D'après l'Ania, « cette réévaluation devrait montrer que si l'apport était trop élevé pour 5 % des Français il y a 10 ans, il devrait être satisfaisant aujourd'hui ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !