Le mélanome cutané est le plus commun. © Institut National du cancer, DP

Santé

Mélanome : à quoi ressemble-t-il et comment le traiter ?

Question/RéponseClassé sous :Corps humain , mélanome , cancer cutané

À quoi ressemble un mélanome ? Difficile de faire un diagnostic seul, mais pourquoi en a-t-on ? Le mélanome est-il dangereux ? Quel est son traitement ?

Le mélanome est un cancer de la peau ou des muqueuses, se développant à partir des mélanocytes (les cellules responsables de la pigmentation de la peau). Dans plus de 90 % des cas, le mélanome est cutané, il peut aussi se développer plus rarement sur les muqueuses, sous les ongles, dans les yeux... Nous ne traiterons ici que du mélanome cutané. On dénombre à peu près 10.000 nouveaux cas de mélanomes par an en France. Le nombre de nouveaux cas par an augmente d'environ 10 % tous les 10 ans depuis 50 ans.

Un mélanome, à quoi ressemble t-il et comment le reconnaître ?

Le mélanome a souvent l'allure d'un simple grain de beauté. Difficile donc d'en faire le diagnostic seul... Ce grain de beauté, s'étale progressivement et prend des teintes différentes, peut faire un nodule... Mais le mélanome peut aussi être achromique et former un simple bouton rosé, ressembler à une verrue du pied, etc.

Différents mélanomes différenciés selon la loi de l'ABCDE. À gauche de haut en bas : (A) Asymétrie, (B) Bords irréguliers, (C) Coloration non homogène, (DE) Diamètre important et se modifiant. À droite, des grains de beauté normaux n'ayant pas de caractéristiques anormales (pas d'asymétrie, bords réguliers, couleur homogène, petits et stables en taille). © Institut National du cancer, DP

Un critère classique pour distinguer un grain de beauté bénin d'un mélanome est la règle ABCDE :

  • A = Asymétrique ;
  • B = Bords irréguliers ;
  • C = Couleurs différentes ;
  • D = Diamètre supérieur à 6 millimètres ;
  • E = Évolution.

En résumé, donc, tout grain de beauté ou bouton qui évolue doit être montré à un médecin car lui seul pourra en faire le diagnostic.

Pourquoi a-t-on un mélanome ?

Le facteur de risque le plus important et contre lequel on peut lutter le plus facilement est l'exposition aux UV, qu'ils soient naturels ou en cabine. Le fait d'avoir eu des coups de soleil, notamment pendant l'enfance, constitue un risque de mélanome : il existe une corrélation entre le risque de mélanome et la fréquence et la sévérité des coups de soleil avant vingt ans et qu'une séance de bronzage en cabine délivre 10 à 15 fois la dose d'UVA que l'on prend dans la même durée d'exposition au soleil de midi !

La protection solaire est donc le meilleur moyen de prévenir le mélanome. Parmi les autres facteurs favorisants du mélanome, on peut citer :

  • le phototype clair : les personnes ayant le plus de risques d'être atteintes par le mélanome ont la peau claire, les yeux clairs et les cheveux roux ou blonds ;
  • la présence de grains de beauté en grand nombre ;
  • les antécédents personnels ou familiaux de mélanome. Il existe en effet des facteurs génétiques.

Le mélanome est-il dangereux ?

Quelque 20.000 personnes meurent chaque année du mélanome en Europe. La mortalité du mélanome est corrélée avec son épaisseur dans la peau, appelée indice de Breslow. Il est donc important de dépister les mélanomes à un stade précoce : le mélanome, comme tout cancer, doit être pris en charge le plus tôt possible.

Le mélanome : quel est son traitement ?

Le traitement consiste à retirer le mélanome avec une marge de peau saine allant de quelques millimètres à parfois quelques centimètres en fonction de sa profondeur. Si des ganglions sont atteints, ils sont enlevés par un chirurgien. On peut y adjoindre des traitements tels que la chimiothérapie, l'immunothérapie, la radiothérapie, les biothérapies...

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi