Les larmes sont essentiellement constituées d’eau, mais aussi de sels minéraux, de sel, de protéines, d’antiseptiques, etc. © Chris Collins, Shutterstock

Santé

Larmes de joie ou larmes de tristesse : ont-elles la même composition ?

Question/RéponseClassé sous :Corps humain , composition des larmes , larmes émotionelles

À regarder des larmes qui coulent sur une joue, difficile de dire s'il s'agit de larmes de joie, de larmes de tristesse ou encore de larmes provoquées par le fait de couper un oignon, tant elles sont similaires d'aspect. Pourtant, lorsque l'on y regarde d'un peu plus près, on s'aperçoit que leur composition est bel et bien différente.

Si les scientifiques savent relativement bien à quoi servent les larmes, ils se posent encore des questions concernant leur composition.

Il existe trois grandes catégories de larmes :

  • les larmes dites d'émotion, celles qui coulent en cas de grande tristesse ou, au contraire, de joie ;
  • les larmes dites basales, qui ont pour utilité purement technique de maintenir la lubrification de la cornée ;
  • les larmes dites réflexes, qui sont produites lorsque l'œil est irrité par un corps étranger ou par un oignon.

Toutes sont produites par la même glande, la glande lacrymale.

Composition : les larmes d'émotion plus riches en protéines

Cette glande — comme les autres glandes, d'ailleurs — est en lien direct avec le flux sanguin. Ainsi, certains des ingrédients qui composent les larmes trouvent leur origine dans le sang. La composition du sang peut varier en fonction de l'humeur. Tout comme la composition des larmes, donc.

En étudiant la composition biochimique de larmes émotionnelles et de larmes réflexes, des chercheurs américains ont pu déterminer, par exemple, que les premières contenaient plus de protéines que les secondes. Les larmes émotionnelles renferment aussi des hormones, comme l'enképhaline, un antidouleur produit naturellement par le corps en période de stress.

Larmes de joie et larmes de tristesse sous l’œil du microscope

En 2013, Rose-Lynn Fisher, une photographe américaine, a utilisé un microscope électronique pour capturer les structures de cent larmes humaines différentes. Dans un livre et sur son blog, elle révèle d'étonnantes structures cristallisées.

Des formes différentes pour la larme de tristesse ou la larme de joie, et ce même si leur composition chimique s'avère identique. 

Cela vous intéressera aussi

Kezako : peut-on vraiment faire confiance à nos yeux ?  L’œil humain peut différencier près de huit millions de nuances de couleurs. Pourtant, cet organe si avancé ne donne que peu d’informations à notre cortex pour créer une image. Alors que se passe-t-il exactement lorsque nous voyons ? Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent, avec le programme Kézako, le fonctionnement de ce surprenant organe.