Santé

Obésité et alimentation

Dossier - Prévenir l'obésité devient une urgence
DossierClassé sous :médecine , obésité , maladie

L'obésité affecte près d'une personne sur trois dans la plupart des pays industrialisés. Cette maladie complexe résulte de l'interaction de facteurs physiologiques, comportementaux et socioculturels.

  
DossiersPrévenir l'obésité devient une urgence
 

Les travaux de recherche suggèrent que les facteurs génétiques proprement dits interviennent dans moins d'un tiers des cas d'obésité, démontrant que l'hérédité n'explique pas tout. Par ailleurs, il est peu probable que le génome humain ait changé en l'espace d'une génération au point de provoquer l'épidémie d'obésité qui sévit. Quel rôle l'alimentation joue-t-elle ?

Le fait que, au niveau mondial, la surcharge pondérale affecte davantage la population actuelle que la génération des parents et grands-parents montre bien que d'autres facteurs que les facteurs génétiques sont à incriminer en ce qui concerne l'obésité.

En effet, les transformations rapides de l'environnement et des comportements au cours des dernières décennies sont des déterminants majeurs de l'évolution rapide de cette maladie. C'est avant tout dans les habitudes alimentaires et le mode de vie que se trouvent les causes fondamentales de l'épidémie d'obésité.

Quel rôle l'alimentation joue-t-elle concernant l'obésité ? Cette dernière peut survenir chez les jeunes enfants. © Kwanchai.c, Shutterstock

Aliments gras et sédentarité

La consommation d'aliments à forte valeur calorique et riches en matières grasses, associée à un mode de vie de plus en plus sédentaire, joue un rôle prépondérant dans l'apparition de la surcharge pondérale et son évolution vers l'obésité.

La consommation d'aliments à forte valeur calorique peut conduire à l'obésité. © DR

Rappelons que la prise de poids n'est jamais que le résultat d'un déséquilibre de la balance énergétique, c'est-à-dire entre la prise de calories alimentaires et leur utilisation par l'organisme (pour fonctionner et maintenir la température corporelle). Lorsque la prise d'aliments excède la dépense énergétique, le surplus d'énergie est stocké sous la forme de graisses corporelles. Si ce mécanisme de mise en réserve a permis à l'Homme de surmonter des périodes de disette, il semble le desservir en période de surabondance.