Santé

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Dossier - La polyarthrite rhumatoïde, un rhumatisme chronique
DossierClassé sous :médecine , maladie auto-immune , polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique qui touche essentiellement les femmes. Il s'agit d'une maladie auto-immune conduisant à la déformation des articulations, par la destruction de l'os et du cartilage.

  
DossiersLa polyarthrite rhumatoïde, un rhumatisme chronique
 

Quels traitements existe-t-il pour soigner la polyarthrite rhumatoïde ? Zoom sur les traitements médicamenteux, la rééducation (avec appareillage), le recours à la chirurgie, sans oublier l'importance de l'alimentation.

Quels sont les traitements de la polyarthrite rhumatoïde ? © OneSmallSquare, Shutterstock

Les traitements médicamenteux

Un traitement de fond débuté au stade précoce de la maladie permet de limiter ses conséquences. Le traitement central utilise le méthotrexate, qui est souvent efficace. Lorsque ce n'est pas le cas, on a recours aux biothérapies, comme celle utilisant les anti-TNF (voir page 7 de ce dossier sur les traitements du futur). Ce traitement de fond est associé aux traitements symptomatiques : les antalgiques comme le paracétamol permettent de calmer la douleur et les anti-inflammatoires ont pour objectif de lutter contre l'inflammation, et donc de limiter la douleur. On utilise le plus souvent des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), afin d'éviter les corticoïdes (cortisone), en raison des effets secondaires.

Appareillage et rééducation

Les objectifs de la rééducation sont divers :

  • limiter les déformations ;
  • favoriser la mobilité ;
  • combattre la douleur ;
  • éviter les phénomènes de raideur articulaire ;
  • renforcer le tonus musculaire.

Débutée très tôt pour être efficace, la rééducation fait appel aux compétences du kinésithérapeute, de l'ergothérapeute et de l'orthésiste.

Orthèse d'immobilisation poignet, main, doigts. © http://www.orthopedie-perier.com

Plusieurs types d'appareillages (orthèses) peuvent être utilisés :

  • des orthèses de repos : elles immobilisent l'articulation pendant que le malade se repose (la nuit ou pendant quelques heures de la journée). Ces orthèses peuvent concerner les mains, les genoux, le cou ou les pieds ;

  • des orthèses de fonction : elles servent à faciliter les mouvements en stabilisant une articulation. Par exemple, les orthèses de type « poignet de force » stabilisent le poignet pour que le patient puisse pratiquer certaines activités nécessitant l'utilisation du poignet.

Le recours à la chirurgie

La synovectomie est une ablation de la synovite. Cette intervention est envisagée quand la synovite résiste au traitement. L'intervention se fait sous anesthésie régionale, en dehors des poussées inflammatoires. Une rééducation doit être suivie après l'intervention.

Lorsque l'on constate une déformation de l'articulation, un recours à la chirurgie peut être envisagé. On appelle « arthrodèse » une intervention visant à corriger la déformation. L'arthrodèse permet de stabiliser l'articulation et de limiter la douleur. Par exemple, lors d'une arthrodèse de la main, une greffe osseuse peut être pratiquée pour rétablir la taille des doigts dont les articulations ont été réduites.

Quant à l'arthroplastie, il s'agit d'une intervention chirurgicale visant à rétablir la mobilité de l'articulation. Elle peut nécessiter la pose d'une prothèse, mais pas toujours. Lorsque l'articulation est détruite, la pose d'une prothèse peut être envisagée pour les grosses articulations comme la hanche et le genou, mais aussi le coude et l'épaule.

Une alimentation adaptée

La polyarthrite rhumatoïde semble plus fréquente chez certaines populations, d'où l'idée de l'importance du régime alimentaire. Chez les Esquimaux, qui ont une alimentation riche en huiles et en poisson, la maladie est assez rare. C'est pourquoi la présence de certains acides gras (oméga-3) pourrait protéger en partie de la maladie. Cependant, ce bénéfice est réduit par rapport à l'utilisation correcte des traitements de fond décrits plus haut.