Santé

Causes de la polyarthrite rhumatoïde

Dossier - La polyarthrite rhumatoïde, un rhumatisme chronique
DossierClassé sous :médecine , maladie auto-immune , polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique qui touche essentiellement les femmes. Il s'agit d'une maladie auto-immune conduisant à la déformation des articulations, par la destruction de l'os et du cartilage.

  
DossiersLa polyarthrite rhumatoïde, un rhumatisme chronique
 

Quelles sont les causes de la polyarthrite rhumatoïde ? Il existe des facteurs génétiques (le fait d'être parent d'un malade augmente le risque de développer la maladie). Quant aux facteurs déclenchant la maladie, plusieurs hypothèses ont été émises.

Quelles sont les causes de la polyarthrite rhumatoïde ? © GeK, Shutterstock

Facteurs génétiques de la polyarthrite rhumatoïde

Le fait d'être parent d'un malade augmente le risque de développer la maladie. Ceci suggère qu'un facteur génétique favorise l'apparition de la maladie. Certains allèles du complexe HLA (Human Leucocyte Antigen ; appelé aussi CMH pour Complexe majeur d'histocompatibilité) sont associés à un risque plus élevé de développer la polyarthrite rhumatoïde. Les molécules du CMH jouent un rôle dans le rejet de greffe et dans la reconnaissance des antigènes étrangers. Il existe deux catégories de molécules du CMH :

  • des molécules de classe I, portées par toutes les cellules de l'organisme ;
  • des molécules de classe II, portées par des cellules du système immunitaire, comme les lymphocytes activés ou les cellules présentatrices d'antigène.

Les molécules de classe II du CMH servent à présenter des peptides étrangers ; elles comprennent deux polypeptides, un α et un β. Les chaînes de ces polypeptides sont codées par différents gènes, dont les gènes DR. Au niveau de la région codant les gènes DR, les allèles DR4 et DR1 semblent favoriser l'apparition de la polyarthrite rhumatoïde. L'hypothèse de l'existence d'un épitope partagé a été émise : les allèles DR4, DR1, mais aussi DR10 codent pour une séquence protéique similaire au niveau des acides aminés 70 à 74 de la chaîne β, respectivement QRRAA, KRRAA et RRRAA. Ceci suggère que la maladie pourrait être déclenchée par la présentation d'un peptide particulier par ces molécules de CMH. Ce peptide pourrait avoir une origine extérieure (bactérie, virus...) ou provenir du tissu articulaire.

Représentation de la molécule du CMH de classe II. La molécule de CMH de classe II comprend deux polypeptides, un α et un β. © M.-C. Jacquier

Facteurs déclenchant la maladie

Les facteurs sont proches des causes de l'arthrose. Toutefois, la cause exacte de la polyarthrite rhumatoïde n'est pas connue. Plusieurs hypothèses ont été émises.

  • L'origine infectieuse :

Le rôle des agents infectieux a été évoqué. Dans cette hypothèse, des micro-organismes porteraient des molécules similaires à des molécules articulaires.

Après avoir été activé contre ces micro-organismes, le système immunitaire réagirait par erreur contre les structures des articulations. Des modèles expérimentaux ont tenté de reproduire les mécanismes de la polyarthrite rhumatoïde. Or, des infections chez l'animal conduisent à une polyarthrite rhumatoïde, comme l'infection par Mycoplasma arthritis chez la souris. Chez l'Homme, les soupçons se sont portés sur les mycobactéries, le virus Epstein-Barr et les rétrovirus comme HTLV, mais aucune preuve de l'implication de ces agents infectieux n'a été établie.

  • Les facteurs hormonaux :

Des facteurs hormonaux pourraient également intervenir dans la polyarthrite rhumatoïde, car la maladie se déclenche souvent au cours de la ménopause ou après un accouchement. Les contraceptifs œstroprogestatifs semblent limiter la sévérité de la maladie. Des dysfonctionnements des glandes surrénales sont observés chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Lors d'un stress, la réponse de la glande corticosurrénale, qui produit le cortisol, serait insuffisante. Un faible taux de cortisol pourrait favoriser la progression de l'inflammation.

  • Le rôle du tabagisme :

Récemment, le rôle du tabac dans le développement de la maladie a été démontré. Ainsi, le risque de développer la polyarthrite rhumatoïde pour un fumeur est augmenté chez les hommes comme chez les femmes, mais avec un pourcentage nettement supérieur chez les hommes. Les différences entre hommes et femmes montreraient l'importance des facteurs hormonaux dans la maladie.