Sciences

Arthrite rhumatoïde, sclérose en plaques : une thérapie mise au point

ActualitéClassé sous :recherche , sclérose en plaques , arthrite rhumatoïde

Une équipe de chercheurs de l'Institut de Parasitologie et de Biomédecine du Conseil supérieur de la Recherche scientifique espagnol (CSIC), à Grenade, a réussi à développer chez la souris une thérapie cellulaire pour l'arthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques, deux des principales maladies auto-immunes. Pour les deux modèles expérimentaux considérés, les scientifiques ont réussi à faire disparaître les symptômes de la maladie et à induire une réversion du processus dégénératif. Les résultats de la recherche ont été publiés cette semaine dans l'édition numérique de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Cellule dendritique

Les maladies auto-immunes apparaissent lorsque l'organisme est attaqué par son propre système immunitaire, lequel protège normalement le corps contre les maladies et les infections. Les maladies auto-immunes peuvent affecter de nombreuses parties de l'organisme, telles que les nerfs ou les muscles, et s'accompagnent de handicaps et d'une morbidité chroniques et significatifs.

La thérapie fait appel à un certain type de cellules (les cellules dendritiques) qui, une fois injectées dans les animaux affectés par ces troubles, produisent des cellules T régulatrices (cellules Treg), responsables du maintien de la tolérance immunologique. Scientifique au CSIC et responsable de l'équipe de chercheurs, Mario Delgado, explique: "L'analyse des mécanismes cellulaires a révélé que ces cellules dendritiques produisent chez les animaux traités de nouvelles cellules Treg qui ont la propriété de neutraliser les cellules immunologiques qui, dans le cas de l'arthrite rhumatoïde, attaquent les composants des articulations ou, dans le cas de la sclérose en plaques, attaquent les gaines de myéline des nerfs".

La thérapie s'est révélée tout aussi efficace avec des cellules Treg produites in vitro. Dans les deux cas, la réponse a été obtenue en utilisant un neuropeptide immunosuppresseur connu, le peptide intestinal vaso-actif (VIP), une protéine produite par les cellules lymphoïdes et nerveuses et qui agit comme un puissant agent anti-inflammatoire. L'équipe de chercheurs dirigée par le professeur Delgado a étudié l'utilisation du VIP sur un modèle de sclérose en plaques durant dix ans.

La première étape du processus thérapeutique consisterait à prélever du sang ou des cellules de moelle osseuse sur le patient souffrant d'une pathologie auto-immune. Ces cellules seraient ensuite soumises à l'action du VIP afin d'obtenir des cellules dendritiques qui, une fois injectées au patient, déclencheraient la production de nouvelles cellules Treg et rétabliraient la tolérance immunologique. Une thérapie alternative pourrait être basée sur l'utilisation de ces cellules dendritiques régulatrices pour la production in vitro de cellules Treg susceptibles d'être ensuite injectées au patient.

Selon le docteur Delgado, "les résultats obtenus avec les animaux sont des plus prometteurs", mais la prudence reste de mise quant à son utilisation éventuelle sur les humains, car il s'agirait alors d'une "thérapie cellulaire personnalisée impliquant des coûts élevés". Cependant, son utilisation pourrait être justifiée, certains troubles dégénératifs ne bénéficiant d'aucun traitement alternatif efficace. La sclérose en plaques est une maladie neurologique chronique et sévère, présente partout dans le monde. Son coût social élevé et le fait qu'elle touche essentiellement les jeunes adultes en font une problématique urgente et prioritaire au niveau tant clinique que social.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi