Santé

Une influence évidente

Dossier - Nutrition et santé : Miroir, dis-moi ce que je mange
DossierClassé sous :médecine , jouvence , vieillissement

-

Tout comme ce que l'on mange peut nous aider à rester en bonne santé, l'alimentation peut influencer le vieillissement. Sans être des élixirs de jouvence, certains aliments pourraient protéger la peau contre les méfaits du temps...

  
DossiersNutrition et santé : Miroir, dis-moi ce que je mange
 

Les principaux résultats révèlent que les sujets les moins ridés consomment le plus de légumes, d'huile d'olive, de poisson et de légumineuses (après ajustement sur l'âge et le tabagisme qui influencent le vieillissement cutané).

A l'inverse, l'importance des rides est positivement corrélée avec une consommation élevée de viande rouge (spécialement sous forme de charcuterie), de sucreries (sodas, pâtisseries, glaces), de pommes de terre et de produits laitiers entiers.

Olives noires. © Augusto Ravagli - CC BY-NC 2.0

En terme de nutriments, si la consommation totale de graisses est inversement associée à l'étendue des rides, seuls les graisses mono-insaturées ont un effet protecteur significatif. En effet, les acides gras mono-insaturés, qui représentent 25% des lipides de l'épiderme, sont plus résistants à l'oxydation que les polyinsaturés. Une consommation élevée de graisses mono-insaturées, apportées par exemple sous forme d'huile d'olive, accroît le contenu en acides gras mono-insaturés de la peau, réduisant ainsi sa sensibilité aux radicaux libres. A l'inverse, la richesse en polyinsaturés des margarines explique sans doute qu'elles sont associées à un plus fort vieillissement cutané dans cette étude. Parmi les corps gras, le beurre, bien que riche en graisses saturées peu oxydables, est positivement associé au vieillissement cutané.

Variété d'orange de Kozan (citrus sinensis var.), riche en vitamine C. © Zcebeci - CC BY-SA 3.0

Parmi les micronutriments facteurs de protection on trouve : la vitamine C, le rétinol et des minéraux comme le calcium, le phosphore, le magnésium, le fer et le zinc.

L'influence de l'alimentation sur le développement des rides est loin d'être négligeable puisque les études de régressions multiples montrent que 32% de la variance des lésions actiniques cutanées peuvent être expliqués par les facteurs alimentaires. En particulier, une forte consommation d'huile d'olive, de légumineuses, de céréales et de légumes est associée à un effet protecteur contre les rides. Si l'effet protecteur du poisson disparaît en régressions multiples (sans doute en raison de sa grande richesse en acides gras oméga 3 fortement oxydables), tout dépend de la manière dont il est consommé, l'idéal étant de l'accompagner de légumes crus et cuits qui fournissent des antioxydants comme, par exemple, les caroténoïdes protégeant ces acides gras hautement insaturés.