Les facteurs de transcriptions c-Myc et Max associés à l’ADN. © molekuul.be, Fotolia

Santé

Proto-oncogène

DéfinitionClassé sous :génétique , proto-oncogène , oncogène
 

Un proto-oncogène est un gène présent normalement dans le génome mais qui, suite à une transformation (mutation par exemple), peut devenir un gène transformant, c'est-à-dire un gène susceptible de conférer un phénotype cancéreux à une cellule eucaryote. Les proto-oncogènes sont souvent des gènes qui stimulent la croissance. À l'inverse, il existe des gènes suppresseurs de tumeur, dont l'expression a tendance à ralentir la croissance des cellules.

Certains rétrovirus ont un effet oncogène. La découverte d'oncogènes cellulaires similaires aux oncogènes rétroviraux a été récompensée par le Prix Nobel de Médecine en 1989. Pour faire la différence entre les oncogènes viraux et cellulaires, on utilise les appellations « v-onc » et « c-onc ». Par exemple, v-src, présent dans le virus RSV (virus du sarcome de Rous), est l'homologue viral de c-src.

Diversité des proto-oncogènes

Parmi les proto-oncogènes se trouvent notamment :

  • des facteurs de croissance : les protéines de la famille des FGF (fibroblast growth factor) ;
  • des récepteurs membranaires des facteurs de croissance, par exemple erbB, le récepteur de l'EGF (epidermal growth factor) ;
  • des protéines G (protéines liant le GTP) comme les proto-oncogènes de la famille ras ;
  • des protéines qui contrôlent des gènes dans le noyau : c'est le cas de fos, jun, c-myc, erbA...

Les proto-oncogènes peuvent devenir des oncogènes par mutation. Dans un génome, la mutation d'un proto-oncogène peut suffire pour induire une tumeur : ces mutations sont dominantes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Quels sont les différents traitements efficaces contre le cancer du sein ?  Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. En 2012, environ 48.000 personnes ont développé ce cancer et près de 9 personnes sur 10 en ont guéri. Les Hôpitaux Universitaires de Genève nous expliquent au cours de ce film comment se déroule le traitement.