Le clonage permet d’obtenir des individus identiques. © andriano_cz, Fotolia

Santé

Clonage

DéfinitionClassé sous :génétique , clonage , Clonage humain

Interview 3/5 : les enjeux du clonage humain  Avec la réussite du clonage de la brebis Dolly est réapparu le fantasme du clonage d'un Homme. Mais est-ce réellement possible ? et surtout quel en serait l'intérêt ? Nous avons posé ces questions à Jean-Louis Serre, professeur de génétique, afin qu’il nous parle des enjeux du clonage humain. 

Le clonage est la reproduction à l'identique d'un individu. Chez les végétaux, les boutures sont des clones. Il est possible d'obtenir un individu entier à partir de fragments de tissus prélevés sur une plante. Les tissus sont cultivés sur une gélose en présence d'hormones végétales et permettent d'obtenir une petite plante qui peut être repiquée. Toutes les plantes obtenues ainsi sont des clones de la plante initiale. Ce mode de reproduction asexuée peut par exemple se faire avec du Saint Paulia ou de la carotte.

Chez les humains, il existe un mode de clonage naturel : les jumeaux homozygotes sont des clones. Chez les animaux, le clonage reproductif consiste à diviser un embryon au stade 4 ou 8 cellules pour obtenir plusieurs embryons identiques. La brebis Dolly a été le premier mammifère cloné à partir d'une cellule différenciée provenant d'un individu adulte. Le clonage des animaux, et notamment de l'Homme, soulève des questions d'éthique.

Le clonage de gènes et de cellules en biologie moléculaire

Le terme de clonage désigne aussi une méthode de multiplication in vitro d'un gène ou d'un fragment d'ADN. Le clonage cellulaire, souvent utilisé dans la recherche médicale, permet de multiplier une cellule en de nombreux exemplaires. Pour cloner un gène, les scientifiques utilisent des enzymes de restriction qui découpent l'ADN en des endroits précis. Une fois que le gène d'intérêt a été isolé, il faut l'insérer dans un vecteur, qui peut être un plasmide bactérien. Souvent ces plasmides portent des gènes de résistance aux antibiotiques pour faciliter leur sélection. Le gène est inséré dans le plasmide et ce dernier est introduit dans une bactérie, comme Escherichia coli. Les bactéries portant le plasmide recombiné sont clonées : le clone bactérien portera un grand nombre de copies du gène d'intérêt porté par le plasmide.

Les clones qui portent des copies de fragments du génome forment une banque génomique. Les phages, des virus qui infectent les bactéries, servent aussi de vecteurs pour la construction de ces banques. Une banque génomique, bactérienne ou phagique, couvre tout le génome d'un organisme. Pour retrouver un gène particulier dans une banque, il faut utiliser une sonde qui s'apparie avec la séquence dont elle est complémentaire. Le clonage de gènes permet de produire de grandes quantités d'un produit génique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi