Le foie et le cerveau s'allient pour modifier le comportement

Classé sous :cerveau , foie , organe
Cela vous intéressera aussi

Le cerveau et le foie communiquent ensemble par un réseau qui vient tout juste d'être découvert par les scientifiques de l'université de Yale. Les souris de laboratoire qui jeûnent ont des taux importants d'acide lysophosphatidique dans le sang et le liquide céphalorachidien. Cette molécule, appelée aussi LPA, fait le lien entre le foie et le cerveau. En effet, une population précise de neurones dans l'hypothalamus, les AgRP, est impliquée dans le processus de faim et induit la libération des lipides stockés dans le corps. Ce processus fait aussi intervenir le foie et la lysophosphatidylcholine (ou LPC), un type de lipide particulier.

Quand le LPC est sécrété dans le sang suite à l'activité du cerveau, ce dernier est rapidement transformé en LPA par une enzyme, qui a aussi une action neuromodulatrice. Chez les souris, les taux importants de LPA dans le sang augmentent l'activité neuronale du cortex cérébral, ce qui aiguise l'appétit des rongeurs. Les souris chez qui on a induit une mutation génétique qui augmente le taux de LPA sont plus gourmandes et plus grosses que les autres. Toutes ces observations sont dépendantes de la sous-population neuronale AgRP. « Nous devons encore explorer plus rigoureusement si ces mécanismes sont pertinents pour les humains, mais s'ils le sont, nous pouvons alors commencer à rechercher si nous pouvons les exploiter afin de traiter les troubles de l'alimentation et d'autres conditions », a déclaré Tamas Horvath, de l'université de Yale et principal auteur de l'article paru dans Nature Metabolism.

Le foie parle au cerveau par l'intermédiaire de molécules chimiques, une observation faite chez les souris encore à confirmer chez l'être humain. © Lightfield Studios, Adobe Stock