Une technique d'imagerie a permis de révéler un organe précédemment inconnu dans le crâne. © Choo, Adobe Stock
Santé

Étonnant : des docteurs découvrent un nouvel organe dans le crâne humain

ActualitéClassé sous :Corps humain , organe , crâne humain

Qui eût cru qu'il était encore possible de découvrir des structures inconnues dans le corps humain ? C'est pourtant ce qui est récemment arrivé fortuitement à un groupe de docteurs durant l'examen d'une centaine de patients atteints de cancer.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des cellules souches survivent à la mort de l'organisme  Les cellules souches, indifférenciées, peuvent former, en se divisant et en se spécialisant, différents types de tissus, ce qui les rend prometteuses pour des méthodes de médecine régénérative. Des chercheurs de l'Institut Pasteur ont découvert qu'elles peuvent survivre jusqu'à 17 jours après la mort de l'organisme. Surpris, les biologistes pensent que là résident des clés pour mieux les utiliser. 

Le corps humain est étonnant de complexité : plus de 200 os, plusieurs dizaines à plusieurs millions d'organes -- selon la manière dont on les définit --, et 200 types de cellules s'y côtoient en permanence, engrenages d'une machine confondante de beauté et de précision. Il n'est pas étonnant qu'au sein de ces chiffres astronomiques, une ou deux structures aient pu échapper à l'attention des chercheurs.

Pour preuve : un groupe de médecins a récemment découvert par accident une paire de glandes à l'intérieur du crâne, alors qu'ils examinaient un échantillon de cent patients atteints de cancer de la prostate.

La découverte de ces glandes a été permise par les dernières avancées de l'imagerie médicale. © Antoni Van Leeuwenhoek

Une nouvelle structure

Grâce au PSMA PET-scan -- fréquemment utilisé pour la détection et le suivi du cancer de la prostate -- et à l'injection d'un traceur radioactif, les chercheurs sont capables d'identifier les tumeurs dans le corps. Néanmoins, dans ce cas précis, c'est un tout autre élément que la combinaison des deux procédés a permis de mettre en lumière.

Une paire de glandes salivaires, situées à l'arrière du nasopharynx (la portion des voies respiratoires partant du nez et débouchant sur l'oropharynx provenant de la bouche) s'est éclairée en parallèle des trois autres déjà connues des anatomistes.

Un aperçu des glandes tubariales, visualisées avec le PSMA PET-scan. © Vastal et al.

« Les sujets ont trois ensembles de grosses glandes salivaires... mais pas là normalement, s'étonne le radio-oncologue Wouter Vogel, de l'Institut néerlandais du cancerPour autant que nous le sachions, les seules glandes salivaires ou muqueuses du nasopharynx sont microscopiquement petites, et jusqu'à 1.000 d'entre elles sont réparties uniformément sur la muqueuse. Imaginez donc notre surprise lorsque nous avons découvert ces glandes ! »

Les petites nouvelles, situées au niveau du torus tubarius, ont été baptisées glandes tubariales. Difficiles à observer, leur détection n'a pu être rendue possible que grâce aux dernières avancées du PSMA PET-scan. 

Modélisation des glandes tubariales. © The Netherlands Cancer Institute

Un élément crucial dans le traitement du cancer ?

Après leur découverte chez l'ensemble des sujets examinés, les chercheurs ont confirmé la présence de ces glandes sur deux cadavres, un homme et une femme. « À notre connaissance, cette structure ne correspond à aucune des descriptions anatomiques antérieures », précisent les chercheurs dans leur étude, parue dans la revue Radiotherapy and Oncology.

Si elle est confirmée, leur découverte pourrait être cruciale notamment dans le calibrage des sessions de radiothérapie, les glandes salivaires étant particulièrement fragiles. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !