Des scientifiques français ont mis au point un vaccin contre la Covid-19 administré par voie nasale. © Guillaume Souvant, AFP
Santé

Le vaccin contre la Covid-19 par voie nasale se précise

ActualitéClassé sous :vaccin anti-Covid

Futura avec l'agence ETX Daily Up

-

L'idée était déjà dans les tuyaux mais cette fois-ci, la gestation est terminée pour ces chercheurs français qui viennent de déposer cette semaine le brevet d'un candidat vaccin contre la Covid-19, administré par voie nasale, bloquant l'infection à son stade initial.

Cela vous intéressera aussi

Selon l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE), les tests pré-cliniques de ce vaccin à base de protéines virales, encapsulées dans des nano-particules à base d'amidon et de lipides, ont montré des résultats « très positifs » sur des souris et des hamsters dorés. Ces résultats n'ont toutefois pas encore été publiés dans une revue scientifique.

Selon l'Inrae et l'université de Tours, la plus-value de ce vaccin réside dans sa capacité à couper la transmission entre individus, en agissant directement sur la muqueuse nasale. « Contrairement aux vaccins intra-musculaires, seuls les vaccins à administration par voie nasale seraient capables d'éviter la présence de virus dans le nez, stade initial de l'infection. Ils induisent en effet une immunité au niveau des muqueuses nasales, porte d'entrée et lieu de multiplication du virus », expliquent les chercheurs dans un communiqué.

Spray nasal ou embout adapté sur une seringue, différentes recherches sur un vaccin anti-Covid-19 ont exploré la voie de l'administration nasale pour bloquer le virus dès son contact avec les muqueuses du nez. © I Viewfinder, Adobe Stock

Des résultats prometteurs sur les animaux

« Les expériences ont montré que le vaccin arrête très précocement la transmission. Je travaille sur des animaux qui sont infectés : deux jours après, je constate que la charge virale dans les poumons est explosive. Si je regarde la même chose sur les animaux qui ont été vaccinés et infectés, je ne retrouve aucune trace du virus dans les poumons » , précise la responsable de l'équipe de recherche BioMAP Isabelle Dimier-Poisson.

Ce vaccin sans adjuvant, qui s'appuie sur des chercheurs et industriels basés en France, pourrait aussi servir de rappel dans la population déjà vaccinée « afin d'éviter la transmission de la maladie ». Selon la chercheuse, BioMAP a réussi à obtenir « 100 % de survie » sur des souris vaccinées, puis infectées par la Covid-19, contre « 100 % de mortalité » sur des souris non-vaccinées.

L'équipe de recherche espère démarrer dès l'automne la phase de production en vue d'une phase clinique lors du deuxième semestre 2022. La mise sur le marché est prévue pour 2023. « Techniquement, le vaccin sera administrable à l'aide d'un petit adaptateur placé au bout d'une seringue sans aiguille, permettant une diffusion au sein de la cavité nasale », a précisé l'Inrae.

Le travail de l'équipe BioMap de l'Inrae et de l'université de Tours se fonde sur un vaccin nano-particulaire mis au point contre la toxoplasmose, avec « une efficacité à 100 % sur les primates».

Interview d'Isabelle Dimier-Poisson, professeur des Universités, responsable de l’équipe de recherche BioMAP Inrae-Université de Tours en charge du projet de vaccin. @ Inrae, YouTube
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !